Des mesures anticrise applicables dès la rentrée

 |   |  353  mots
emploiBouclée en moins d'un mois, la négociation sur le chômage partiel devrait se solder par un accord signé par la majorité des syndicats. La chef de file de la délégation patronale, Dominique Castera, s'est dite « confiante d'avoir la signature de quatre syndicats dans les deux semaines » et « satisfaite alors qu'il y avait peu de marges de man?uvre » financière. Le texte prévoit notamment d'améliorer l'indemnisation des licenciés économiques en convention de reclassement personnalisé (CRP) à 80 % de leur salaire de référence pendant douze mois (actuellement pendant 8 mois puis 70 % les 4 derniers mois). Soit un quasi-alignement de la CRP sur le contrat de transition professionnelle (CTP).un premier pasLes syndicats estiment également qu'un premier pas « est fait » pour les intérimaires et les CDD, puisqu'il est demandé au gouvernement de leur ouvrir le CTP dans les bassins d'emploi sinistrés éligibles à ce dispositif (21 actuellement). Plusieurs mesures dépendent de la réponse du gouvernement, dont le patronat « espère des décrets rapides », notamment pour porter, dans tous les secteurs, le volume annuel de chômage partiel autorisé à plus de six mois, comme c'est déjà le cas dans l'automobile et le textile. L'administration est également sollicitée pour simplifier l'accès au chômage partiel dans les PME.La CFDT estime que « le texte atteint les objectifs », tandis que FO estime que « les solutions sur le chômage partiel étaient plutôt équilibrées ». La CGT est, elle, « contre ce texte qui n'apporte pas les solutions que salariés et demandeurs d'emploi étaient en droit d'attendre ». Son négociateur, Maurad Rabhi, estime en effet qu'il « attendait plus » de cette négociation et regrette que certains sujets majeurs « comme les demandeurs d'emploi en fin de droits » soient renvoyés à un « groupe de travail » qui se réunira au plus tard en septembre 2009.À la rentrée justement, se profile un deuxième temps de la négociation, qui pourrait entraîner de nouvelles réformes de la législation du travail, comme une déréglementation de l'intérim pour sortir rapidement de la crise. I. M.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :