L'Opep seule face à la chute du brut

 |   |  272  mots
La barre des 60 dollars, que le baril de pétrole a subrepticement franchie à la baisse vendredi, a ravivé l'ire de l'Organisation des pays producteurs de pétrole (Opep). Le cartel a immédiatement déclaré ce week-end, par la voix de son président, l'Algérien Chakib Khelil, qu'il se dirigeait vers un nouveau resserrement de la production si le baril restait au-dessous des 70 dollars. L'Opep a déjà réduit sa production le 24 octobre, et se réunit de nouveau le 17 décembre. Le groupe se plaint de ne pouvoir compter sur les autres pays producteurs. « On a demandé à la Russie de nous aider, elle a répondu qu'elle avait des priorités, la Norvège a refusé, et le Mexique n'a pas répondu », a précisé samedi le président du cartel. Et la prochaine réduction de la production ne devrait pas susciter l'enthousiasme dans le Golfe, qui représente 20 % de la production mondiale. croissance en berneMême les monarchies voient leur croissance affectée par la crise financière, dont l'impact sur les investissements s'est rapidement manifesté dans la région. Selon EFG-Hermes, la première banque d'investissement de la région, la croissance économique en 2009 devrait être ramenée à 4,8 % en Arabie Saoudite et 2,4 % aux Émirats arabes unis, soit des niveaux très inférieurs à 2007 et 2008. Alors que les prix actuels de l'or noir restent largement supérieurs aux prix anticipés dans les budgets nationaux, (voir tableau), les pays du Golfe ont peu intérêt à accentuer leur plongée dans la crise en paralysant de leur plein gré l'essentiel de leur activité économique. A. R.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :