L'enjeu très délicat des dividendes

 |   |  149  mots
On commence à le voir, les résultats 2008 des entreprises françaises devraient être contrastés, certaines d'entre elles devant même annoncer de sérieuses baisses. La question est maintenant de savoir quelle politique de distribution vont adopter les sociétés vis-à-vis de leurs actionnaires. L'État, on l'a vu, pousse les entreprises aidées à mettre la pédale douce sur les dividendes. Les autres mastodontes de la cote devraient adapter le rythme des versements à l'évolution de leur rentabilité. ArcelorMittal a donné le ton hier en réduisant de 50 % son coupon à venir. D'autres, comme la plupart des valeurs foncières, ont plutôt décidé de le maintenir de manière à envoyer un signe de confiance. Les investisseurs ne s'y trompent pas qui privilégient clairement aujourd'hui les valeurs offrant de bons rendements. Les observateurs s'attendent à une nouvelle baisse du rythme des versements de dividendes pour 2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :