L'offensive coréenne marque le pas

 |   |  444  mots
Le rouleau compresseur coréen a de sérieux ratés. Perçue jusqu'ici comme un redoutable prédateur par ses concurrents, l'industrie du pays du Matin-Calme est aussi frappée par la crise mondiale. La production automobile devrait s'établir ainsi à 3,89 millions d'unités cette année, contre 4,08 millions l'an dernier, selon la Kama (association des constructeurs coréens).Hyundai a singulièrement ralenti sa production aux États-Unis, en Chine, en Inde et en Turquie. Sa filiale Kia envisage aussi de réduire ses cadences en Chine et en Slovaquie. Celle-ci pourrait également repousser le lancement de la production dans sa première usine américaine, en cours en construction en Géorgie.La production est également touchée en Corée même.GM Daewoo a annoncé qu'il fermerait sa principale usine de Pupyong du 1er décembre au? 4 janvier. Les autres sites du constructeur, filiale de GM, seront quant à eux arrêtés du 22 décembre au 4 janvier.réorientation des marchésHyundai, le numéro un coréen, réduira pour sa part jusqu'à la fin décembre la production des 4×4 Santa Fe et Veracruz ainsi que de certains utilitaires dans son usine d'Ulsan. Renault Samsung aura fermé quant à lui du 10 au 12 décembre son site de Pusan. En conséquence, la production des équipementiers pourrait se réduire de 30 % au premier trimestre 2009.Affectés par la chute de 27 % de leur marché intérieur, les constructeurs coréens affrontent le plongeon des ventes aux États-Unis, un marché clé puisque leur pénétration y dépasse les 5 %. En Europe aussi, leur offensive s'estompe. Mais pas seulement à cause de la crise. Hyundai, Kia et GM Daewoo (marque Chevrolet) pâtissent en effet de la réorientation des marchés du Vieux Continent vers les petits véhicules à faible consommation, alors même qu'ils sont de grands spécialistes des 4×4 et monospaces. Par ailleurs, l'amélioration (réelle) de la qualité et leur volonté de monter en gamme renchérissent leurs coûts et donc leurs prix de vente, moins attractifs que par le passé. Or les clients ne suivent pas toujours.Leurs rivaux ne devraient pas, toutefois, se réjouir trop vite. Le groupe Hyundai, qui veut devenir le troisième constructeur mondial (avec Kia), mise sur des modèles de plus en plus sobres et de moins en moins émetteurs de CO2. Il commercialisera en 2009 des véhicules avec le système « Stop and Start » (arrêt et redémarrage automatique du moteur au feu rouge). Et le groupe, qui mise à fond sur les hautes technologies, espère vendre 500.000 véhicules hybrides par an dans le monde à l'horizon 2018.Alain-Gabriel Verdevoye

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :