Pas de fonds « vedette » pour UFG mais un bon collectif

 |  | 334 mots
Lecture 2 min.
La rationalisation de sa gamme de fonds engagée en 2008 n'a pas encore porté ses fruits. Pour autant, le groupe UFG réalise un bel exercice en remportant le grand prix dans la catégorie des établissements à « Gamme spécialisée-obligations ».Sans s'illustrer réellement dans les différentes catégories passées sous revue ? seul CMNE Obligations (+ 9,97 % l'an dernier) finit parmi les dix premiers de l'ensemble des fonds composés d'obligations de la zone euro diversifiées ? la gestion obligataire a su piloter juste. Essentiellement en raison de la prudence des équipes de gestion. Deux stratégies principales sur la gamme de fonds Cambacérès ont été menées : privilégier les titres d'État français et « jouer » la courbe des taux en restant néanmoins sous-exposés vis-à-vis de leur indicateur de référence.Recherche de sécuritéLes obligations privées n'ont pas été absentes des portefeuilles mais c'est encore la recherche de la sécurité qui a payé. Notamment en octobre 2008, après la faillite de Lehman Brothers et le mouvement de défiance des investisseurs qui a conduit à l'écartement des spreads, ? l'écart entre le rendement proposé par un émetteur privé et le taux des titres d'État sans risques aux caractéristiques semblables (par exemple de duration). « C'est à compter de ce dernier trimestre que nous avons relevé des exagérations, confirme Patricia Quennesson, responsable de la gestion taux et diversifiée. Nous nous sommes alors intéressés aux émissions corporates en général, et aux titres bancaires en particulier, sanctionnés trop durement. » En 2009, la gestion table d'ailleurs sur une amélioration de ce marché, notamment dans le secteur des banques.Reste que cette année, les grands changements porteront sans doute du côté des fonds actions, avec l'orientation ISR prise par la société de gestion résultant de son entrée majoritaire fin 2008 dans le capital de Sarasin AM, spécialiste de l'investissement socialement responsable. J.-F. T.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :