Le traité de Lisbonne souffre toujours

 |  | 335 mots
Lecture 2 min.
L'unité retrouvée des Européens que l'on glorifie tant depuis le sommet de l'Eurogroupe souffre tout de même d'un petit caillou dans la chaussure. Le traité de Lisbonne, censé faire mieux fonctionner les institutions communautaires, est rejeté par les Irlandais. Il est donc inapplicable pour l'heure. Alors que ce sont ces mêmes Irlandais qui, s'appuyant sur la forteresse de l'euro, ont été les premiers à mettre sur le tapis un montant abyssal, représentant deux fois leur richesse nationale, pour sauver leurs banques en difficulté.Avec un tel plan, si l'Irlande ne faisait pas partie de la zone euro, la devise nationale se serait effondrée. Les Irlandais auraient-ils, avec la crise financière internationale, changé de position vis-à-vis de l'Europe ? En tout cas, la présidence française de l'Union européenne estime que la crise, qui affecte ce pays plus durement que la plupart des autres États membres, pourrait y favoriser un réflexe de solidarité avec les autres partenaires européens.La France, dit-on en haut lieu, n'a pas renoncé à agir en faveur d'une entrée en vigueur du traité de Lisbonne avant les élections européennes de juin 2009. Ce qui implique une ratification parlementaire en Suède, sans doute en novembre, ainsi qu'en République tchèque en décembre ou janvier, mais surtout un nouveau référendum en Irlande avant la fin mars 2009. Le premier point à l'ordre du jour du Conseil européen de ce mercredi sera ainsi consacré au " sauvetage " du traité de Lisbonne.Le Premier ministre irlandais, Brian Cowen, fera le point sur les raisons du non irlandais au nouveau traité européen et devrait formuler des propositions pour une " feuille de route " à adopter lors du prochain sommet des Vingt-Sept en décembre. Le Conseil européen pourrait s'entendre sur l'ajout de quelques déclarations au traité visant à apporter aux Irlandais les clarifications et garanties qui seraient apparues nécessaires à la suite du premier référendum (neutralité, fiscalité, avortement, maintien du commissaire irlandais).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :