Pour arrêter sa stratégie, DCNS attend son futur PDG

 |  | 518 mots
Lecture 2 min.
Tous sauf Patrick Boissier à la tête de DCNS. Alors que Jean-Marie Poimboeuf va quitter la barre du groupe naval en vue de faire valoir ses droits à la retraite, trois candidats sont en course, dont l'ex-directeur général de Cegelec, Patrick Boissier, favori du ministère de la Défense. Toutefois, DCNS, en interne - direction et syndicats -, et son actionnaire de référence industriel Thales (25 %) ne soutiennent pas sa candidature. Pour de bonnes et mauvaises raisons. D'abord, DCNS et Thales proposent chacun leur candidat : Bernard Planchais, directeur général délégué du groupe naval et dauphin désigné par Jean-Marie Poimboeuf ; Jean-Georges Malcor, directeur général adjoint de Thales en charge de la division navale et administrateur de DCNS. À défaut du succès de leur poulain, les deux partenaires pousseraient le candidat de l'autre, privilégiant ainsi la continuité.Face à ce front commun, Patrick Boissier dispose de très solides arguments. Il a été recommandé par le ministre de la Défense, Hervé Morin, à l'Élysée. Surtout, en tant qu'ancien patron des ex-Chantiers de l'Atlantique (devenu STX Marine France), il avait préconisé en 2004 un rapprochement capitalistique entre DCNS et son groupe au moment où Nicolas Sarkozy était à Bercy. In fine l'Élysée avait tranché pour la séparation des chantiers navals civils (Chantiers de l'Atlantique) et militaires (DCNS). Depuis, Nicolas Sarkozy est revenu à la charge début septembre en demandant à la surprise générale de " réfléchir " et " travailler " à la possibilité d'un rapprochement entre les chantiers nazairiens et DCNS. Qui d'autre que Patrick Boissier pourrait piloter une telle opération alors que DCNS y est hostile en interne en dépit des déclarations publiques apaisantes vantant une coopération avec STX Marine France ?Au ministère de la Défense, qui a déjà tourné la page Poimboeuf, on assure que la décision de nommer son successeur est " imminente ". Tous les observateurs s'accordent à dire qu'un nouveau PDG de DCNS devrait être désigné avant le salon Euronaval, qui se tient dans du 27 au 31 octobre dans la région parisienne. D'où peut-être l'importance du conseil d'administration de DCNS qui va se tenir jeudi. Selon nos informations, la réunion devrait aborder la création d'un joint-venture avec Veolia dans les services ainsi que la constitution d'une société en Malaisie, spécialisée dans le support. Mais pas de la nomination du futur PDG de DCNS, même si, techniquement, tout reste encore possible.Thales envisage de renforcer sa positionLe directeur général adjoint de Thales en charge des activités navales Jean-Georges Malcor a indiqué hier que le groupe d'électronique envisageait toujours de lever l'option lui permettant de monter à 35 % dans le capital du groupe naval DCNS à partir de 2009. Thales détient 25 % de DCNS. Tout comme il est favorable au développement des coopérations plus approfondies entre DCNS et STX Marine France. Enfin, il a précisé qu'il était ouvert à un rapprochement entre DCNS et les chantiers navals allemands ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS) dans cadre de la restructuration européenne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :