L'industrie audiovisuelle rattrapée par la crise

 |  | 468 mots
Lecture 2 min.
L a crise touche les chaînes gratuites qui voient fondre leurs recettes publicitaires. Mais, même les chaînes payantes commencent à en ressentir les effets. " Notre croissance est très légèrement moins forte ", a expliqué le directeur général de Canal Plus, Rodolphe Belmer . En effet, " quand la confiance dans l'économie recule, certains hésitent à s'engager sur douze mois ". Parallèlement, " le taux d'impayés a augmenté d'un point depuis trois à quatre mois " . Mais le patron de Canal Plus , qui s'exprimait lors du marché des programmes télévisés Mipcom, reste optimiste : " Notre croissance, nette des résiliations, reste positive. " Signe de cette confiance, Canal a récemment augmenté d'un euro (à 33 euros) son prix pour le satellite, le câble ou l'ADSL, tout en le baissant sur la TNT (à 30 euros).DISCOURS POSITIFChez Orange, son nouveau concurrent dans la TV payante, le discours est très positif : " La télévision payante résiste bien en période de crise, assure Hervé Payan, directeur des partenariats et services de la direction des contenus. En effet, les gens ont tendance à réduire leurs sorties pour rester chez , et donc à souscrire à des offres de TV payante. " Toutefois, Rodolphe Belmer craint qu'à terme la production hollywoodienne de films ne diminue. En effet, les studios (à commencer par les majors) ont recouru massivement ces dernières années aux fonds d'investissement pour financer leurs films. Et l'annulation de certains de ces financements a déjà commencé : cet été, Paramount a renoncé à lever 450 millions de dollars via la Deutsche Bank. De son côté, la MGM tente de lever depuis plus d'un an 500 millions de dollars via la Royal Bank of Scotland. La rumeur cannoise dit qu'elle pourrait se tourner vers l'indien Reliance, qui vient de financer Steven Spielberg.En revanche, le patron de Canal Plus dit ne pas s'inquiéter du bouquet cinéma qu'Orange a lancé. Certes, la filiale de France Télécom lui a ravi les films de Warner Bros et de MGM, mais il ne craint pas qu'elle lui " pique " une autre major : " Aucun autre contrat n'arrive prochainement à expiration. " En revanche, Rodolphe Belmer soupçonne l'opérateur téléphonique de le désavantager lors de la vente de TV par ADSL : en effet, le nombre d'abonnés de Canal via l'ADSL d'Orange est presque stagnant. La chaîne cryptée entretient de bien meilleurs rapports avec Free, qui est son premier canal de commercialisation sur l'ADSL, à coups de nombreuses promotions - Canal Plus Le Bouquet était vendu aux nouveaux abonnés de Free à 1 euro seulement cet été. C'est sur Free qu'a été lancé le service de rattrapage " Canal Plus à la demande ". " Et chez les abonnés de Free, nos programmes sont désormais consommés à 40 % en rattrapage, contre 15 % chez HBO ", souligne Rodolphe Belmer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :