Les instituts de recherche académique français s'adaptent di...

1 mn

Les instituts de recherche académique français s'adaptent diversement à l'intérêt que leur portent les laboratoires. À l'Inserm, la structure Inserm Transfert a depuis 2006 pour mission de valoriser les résultats des travaux des chercheurs. Elle dispose de 1 million d'euros pour « amener à maturit頻, c'est-à-dire rendre compatibles avec les exigences de l'industrie, une trentaine de projets par an. Ensuite, « nos négociations avec les laboratoires durent de trois à neuf mois », précise sa présidente, Cécile Tharaud. L'Institut Pasteur indique être « de plus en plus sollicité par les laboratoires français et étrangers », notamment dans les vaccins. Au CNRS, on est moins enthousiaste. « Par rapport à la chimie et à l'énergie, les laboratoires pharmaceutiques sont peu présents en recherche fondamentale », note Marc Ledoux, directeur de la politique industrielle. Mais le CNRS réfléchit « à une action de concert avec les entreprises, en augmentant la part des directeurs de recherche associés venant de l'industrie », indiquait récemment son directeur général, Arnold Migus, à « La Tribune ». A. T.Les organismes publics s'adaptent

1 mn