BNP Paribas déroule à son tour sa série noire

2 mn

La crise financière est cruelle. À son tour, BNP Paribas s'est laissée prendre dans ses filets. Il semble loin le temps glorieux de l'annonce, le 5 octobre, de la reprise des actifs belges et luxembourgeois de Fortis et de ses activités bancaires internationales. Depuis cette opération saluée par le gotha de la finance, le groupe bancaire dirigé par Baudouin Prot n'a cessé d'accumuler les mauvaises nouvelles.La publication de ses résultats du troisième trimestre, le 5 novembre, marque la fin de la lune de miel de BNP Paribas avec les marchés. Pour la première fois en quinze mois de crise, la banque de la rue d'Antin a trébuché à cause de son exposition à la faillite retentissante de Lehman Brothers : BNP Paribas a publié un bénéfice trimestriel en baisse de 55,6 % sur un an. La chute de la banque d'affaires américaine et les difficultés des rehausseurs de crédit américains lui ont coûté 1,6 milliard d'euros sur le trimestre.Il suffit alors que son concurrent espagnol Banco Santander annonce le 10 novembre sa décision de lancer une augmentation de capital de 7,2 milliards d'euros, afin de renforcer sa solvabilité, pour que les investisseurs questionnent sérieusement la solidité de la première banque française. Comme BNP Paribas, le Banco Santander est un des groupes bancaires les plus solides d'Europe. Or, son ratio de fonds propres durs est légèrement supérieur à celui de BNP Paribas. Celle-ci est-elle donc assez capitalisée ? s'inquiètent les investisseurs. BNP Paribas a estimé hier que la perte « n'était pas de nature à entraîner une augmentation de capital ». désamour des marchésL'inquiétude des marchés s'est encore nourrie de la découverte dimanche de l'exposition pour 350 millions d'euros du groupe aux produits de Bernard Madoff.La publication mardi d'une perte de 1,58 milliard d'euros en deux mois de sa banque d'investissement et la mise sous surveillance hier avec implication « négative » de sa note à long terme AA+ par Standard and Poor's consomment le divorce de BNP Paribas avec les marchés. Le cours de Bourse a clôturé en baisse de 16,67 % à 34,45 euros hier.Ce désamour aura-t-il raison du rapprochement avec Fortis ? Face aux velléités des actionnaires minoritaires du groupe belgo-néerlandais, BNP Paribas peine à boucler cette opération. Et les marchés n'en veulent plus : l'action de Fortis a gagné 4,8 % hier sur la seule rumeur d'un abandon de l'opération.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.