socialAccord en vue sur la mutuelle des chômeursCDI, CDD et ...

 |  | 364 mots
Lecture 2 min.
ocialAccord en vue sur la mutuelle des chômeursCDI, CDD et intérimaires pourront la conserver.Les salariés licenciés pourront, à partir du 1er juillet, continuer à bénéficier de la prévoyance de leur entreprise (mutuelle, invalidité?) pendant leurs premiers mois de chômage. À l'issue d'une ultime séance de négociation hier, syndicats et patronat sont en effet parvenus à un compromis pour faire vivre ce droit créé par l'accord de modernisation du marché du travail de janvier 2008.Le texte prévoit qu'un salarié peut obtenir le maintien de sa mutuelle pendant neuf mois au maximum. Avec la même répartition de la prise en charge financière entre son employeur et lui que lorsqu'il était dans l'entreprise. Le système s'appliquera aussi aux salariés en CDD ou en mission d'intérim dès lors qu'ils auront des droits ouverts à l'assurance chômage ? c'est-à-dire qu'ils auront travaillé au moins 4 mois au cours des 28 derniers mois ? et pour une durée équivalente à celle de leur dernier contrat.S'ils sont satisfaits de ce premier pas en matière de « sécurisation des parcours professionnels », les syndicats avaient malgré tout des regrets à l'issue de la négociation d'hier. Notamment sur le financement. Les représentants des salariés auraient souhaité un système de mutualisation de la part « salari頻, restant à la charge du chômeur. Selon Bernard Devy de FO, cette mutualisation coûterait 4 % du montant total des cotisations. Le texte renvoie cette possibilité à un accord de branche ou d'entreprise. Plus gênant encore, l'avenant autorise l'employeur à demander à son salarié de payer l'intégralité de ses futures cotisations au moment de la rupture de son contrat de travail. « On demande aux salariés de préfinancer son droit à un moment où il ne touchera plus que 57,4 % de son salaire brut au titre de l'assurance chômage. C'est une décision gênante car beaucoup d'entre eux risquent de renoncer », souligne Gabrielle Simon, de la CFTC. Malgré ces réserves, une majorité de syndicats devrait toutefois approuver le texte dans les prochains jours.Agnès LaurentLe texte prévoit qu'un salarié peut obtenir le maintien de sa mutuelle pendant neuf mois au maximum.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :