emploiNouveau compromis a minima sur le travail le dimancheU...

 |   |  382  mots
emploiNouveau compromis a minima sur le travail le dimancheUn dernier texte de loi semble faire consensus dans les rangs de l'UMP.C'est plus rapide que prévu. Pour laisser le plus de temps possible au débat, le député UMP des Bouches-du-Rhône, Richard Mallié, a déposé hier sur le bureau de l'Assemblée nationale un nouveau texte sur l'ouverture des magasins le dimanche. Cette « quatrième version », qui vise surtout à légaliser les situations existantes dans quelques zones commerciales comme Plan-de-Campagne (Bouches-du-Rhône), s'appuie largement sur le compromis trouvé en décembre 2008 après de vives discussions, y compris au sein de la majorité. Elle est même jugée plus positive que le compromis avec les anciens frondeurs de l'UMP, opposés au travail du dimanche. Leur chef de file, Marc Le Fur, député des Côtes-d'Armor et vice-président de l'Assemblée nationale, a donc décidé de cosigner le texte. Dans un communiqué rendu public hier, il indique que « le texte que l'on nous propose aujourd'hui est meilleur que le compromis de l'Élysée, puisqu'il ne propose plus d'élargir de 5 à 8 le nombre de dimanches ouvrables par an [?]. Ce texte technique maintient l'équilibre du principe du repos dominical, tout en garantissant les droits des salariés. J'ai par ailleurs la garantie du ministre Brice Hortefeux qu'aucun amendement jusqu'au-boutiste ne pourra être adopt頻. Des remarques que partagent Jean-Frédéric Poisson, député UMP des Yvelines, et Philippe Meunier, député UMP de l'Est Lyonnais, qui ont également décidé de cosigner le texte. Voilà qui devrait arranger les affaires du gouvernement qui entend traduire dans les faits ? la proposition doit être examinée lors de la session extraordinaire de juillet ? la promesse de campagne du candidat Sarkozy, sans mettre à nouveau le feu au sein de la majorité. Reste toutefois un détail à régler, le nom du rapporteur. Certains députés ex-frondeurs ne cachent pas en effet leur souhait de voir une personne autre que Richard Mallié (qui défend surtout la régularisation du centre commercial de Plan-de-Campagne). Un nom est aujourd'hui mis en avant : celui de Bernard Reynès. Ses atouts : c'est un ancien frondeur, et il est comme son collègue député UMP des Bouches-du-Rhône.Isabelle Moreau

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :