Vers un rassemblement « écologique, socialiste et démocratique »

 |   |  402  mots
OppositionVincent Peillon est un homme heureux. En réunissant, aux premiers ateliers d'été de son courant « l'Espoir à gauche », des personnalités du Modem, du PCF et des Verts, le député européen a salué samedi à Marseille le « commencement » du rassemblement « écologique, socialiste et démocratique » devant un amphithéâtre comble de 1.500 personnes. Allant même jusqu'à qualifier ce moment d'« événement historique dans l'histoire de la gauche française », de « signe d'espoir » dans ce « désert profond » que le PS traverse depuis le congrès de Reims. Il a également jugé que « la victoire de 2012 » se préparait « autour de cette formule du rassemblement ».À la tribune, Marielle de Sarnez, bras droit de François Bayrou, a adhéré à un tel rassemblement. Fustigeant l'« ultrapersonnalisation du pouvoir » de Nicolas Sarkozy, elle a affirmé : « Tous ceux qui partagent ces convictions ont à faire ensemble. Ensemble. Pas les uns sans les autres. Et pas les uns contre les autres. »Tous ne sont pas prêts à se fondre dans un « rassemblement » où le PS ne donnerait qu'une « chambre de bonne » à ses partenaires, a rappelé Daniel Cohn-Bendit, auréolé du succès d'Europe Écologie aux récentes européennes. Mais pour que le « tout sauf Sarkozy » fonctionne en 2012, tous se sont dits prêts, sans gommer leurs spécificités, à ?uvrer pour ce rassemblement.La question des primairesEn lançant ce chantier, Vincent Peillon en irrite plus d'un au sein de son parti qui organise du 28 au 30 août sa traditionnelle université d'été à La Rochelle. Pierre Moscovici, membre de la direction du PS, a plaidé hier sur RTL pour que ce grand rendez-vous ne se focalise pas sur les questions de primaires pour la présidentielle de 2012 et d'une alliance avec le Modem. « Ce qu'on attend de nous, les socialistes, c'est de mettre en avant des idées, d'avoir une opposition efficace à Nicolas Sarkozy et peut-être de parler moins de procédures, d'être moins narcissiques, moins nombrilistes », a indiqué le député du Doubs qui se dit toutefois favorable, sur le principe, à l'organisation de « primaires ouvertes » pour désigner le candidat PS pour 2012, une option plus réaliste, selon lui, que des primaires pour arrêter un candidat unique de la gauche.La question des alliances sera également largement commentée à la première université d'été du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot qui s'est ouverte hier à Port-Leucate (Aude). Isabelle Moreau

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :