Le fondateur de Wikipédia veut changer les règles

 |   |  291  mots
Deux sénateurs américains, Ted Kennedy et Robert Byrd, l'animateur de variété Pascal Sevran et le critique rock Philippe Man?uvre ont un point commun. Tous sont prématurément morts d'après Wikipédia, l'encyclopédie en ligne collaborative alimentée par les internautes. Au point de pousser son fondateur, Jimmy Wales, à récemment faire une sortie publique sur la nécessité de durcir le processus de validation des articles mis en ligne. « Jimmy Wales n'est qu'un contributeur parmi d'autres. Ce n'est pas parce qu'il dit quelque chose que cela va être fait. C'est la communauté qui décide », explique Florence Devouard, à la tête de Wikimédia France, la fondation française de Wikipédia. autocontrôlePour s'assurer de la qualité des contenus, l'encyclopédie part du principe que la communauté s'autocontrôle, repère et corrige, grâce au nombre de participants, les erreurs glissées dans les articles. Las?! Le système n'est pas infaillible. D'où des morts prématurées, des kyrielles d'inexactitudes et d'articles biaisés ou partiaux. « Il y a un an, Wikipédia en Allemagne a mis en place un système selon lequel seuls certains utilisateurs sont habilités à valider les articles et les modifications, indique Florence Devouard. L'inconvénient, c'est, d'une part, la responsabilité d'éditeur octroyée à l'utilisateur et, d'autre part, le ralentissement du processus de mise en ligne. » En France, un système plus léger d'alerte, en cas de mot suspect (assassiné, décédé?) intégré dans les articles, a été mis en place. « La communauté française est contre le système allemand. 60 % de la communauté anglophone y est favorable, mais ce taux n'est pas forcément suffisant », indique la présidente. Sandrine C

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :