Les banques ont perdu 4,6 % de leurs effectifs

 |   |  325  mots
Parce que la crise financière a précédé la crise économique, ce sont ?les banques qui ont payé le plus lourd tribut à la crise des subprimes. Selon un calcul de Bloomberg la semaine dernière, les licenciements dans le secteur financier à ce jour se sont élevés à 252.000 emplois, soit 4,6 % des effectifs. Il faut dire qu'à coup de 50.000 personnes pour Citigroup, 35.000 pour Bank of America ou, annoncé lundi, 7.000 chez ING, le compteur tourne vite.Les fonds d'investissement aussi ont été rattrapés par la crise. Réduits à l'inactivité sur un marché du LBO (rachats par effet de levier) atone, les poids lourds du secteur ont été contraints de réduire la taille de leurs équipes. Et ce, après les avoir considérablement étoffées après deux années fastes. annonces en chaîneMi-décembre, le britannique 3i a été le premier à prendre des mesures, annonçant le départ de 15 % de ses 600 salariés. Hier, le départ de deux associés de la filiale de Paris et le remplacement du directeur général du groupe, Philip Yea, par Michael Queen ont été annoncés. L'américain Carlyle n'a pas tardé à imiter 3i : 100 collaborateurs sur 1.000 dans le monde ont été priés de rassembler leurs affaires. Les bureaux de Varsovie, de la Silicon Valley (États-Unis) et certains en Asie du Sud-Est ont été fermés. Depuis, d'autres fonds de taille se sont ajoutés à la liste, à l'image de Blackstone (5 % de ses effectifs), Cerberus (10 %), Cognetas (12 %) ou Investcorp (20 %). À ce jour, cette vague de licenciements reste limitée aux sociétés anglo-saxonnes, qui avaient grossi parfois déraisonnablement ces dernières années. En France, aucun fonds d'investissement n'est officiellement touché. Tout juste y a-t-on gelé les recrutements.En fait, cette recomposition du marché fait les affaires de certains. Les plus petites structures sont aujourd'hui en mesure de recruter à des prix dont elles n'auraient pu bénéficier avant l'automne dernier. Alexandre Madde

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :