La CGT veut un moratoire au plan social de Polimeri

 |  | 168 mots
Lecture 1 min.
La CGT chimie demande au gouvernement français " de mettre tout en oeuvre afin d'imposer un moratoire au plan social permettant d'explorer toutes les pistes évitant la fermeture " de l'usine Polimeri Europe de Champagnier (Isère), occupée par ses salariés depuis sa fermeture le 30 septembre dernier. Les syndicats du chimiste Polimeri (filiale de l'italien ENI) devaient être reçus hier en fin d'après-midi au ministère de l'Industrie. Selon la CGT, " tout a été fait par les 250 salariés, en lutte depuis dix mois, afin d'apporter des solutions viables pour préserver l'emploi et le devenir industriel de la chimie du Sud-Isère ".Depuis le 30 septembre 2005, lorsque la direction a annoncé son intention de fermer, le site a stoppé toute production de polychloroprène (caoutchouc). " La direction avait indiqué qu'elle accompagnerait financièrement tout repreneur potentiel ", a rappelé un syndicaliste. " Nous avions réussi à persuader la société américaine ISP Corporation de s'investir dans ce projet, mais Polimeri rejette maintenant cette proposition ", a-t-il ajouté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :