Orage sur les Philippines

Journée difficile à Manille. Les agences de notations Fitch et Standard & Poor's ont placé sous perspective négative les emprunts d'Etat de l'archipel, déjà considérés comme des obligations "pourries" (junk bonds). Faisant peser le risque d'une augmentation des coûts de l'emprunt pour l'Etat - mais aussi pour les groupes locaux -, cette annonce à été accueillie hier par un recul de 1,3 % de l'indice local. Ce dernier a perdu jusqu'à 2,1 % au cours de la séance, pour finir à 1.852,78 points. Les plus grandes valeurs ont accusé le coup, à commencer par Globe Telecom (- 2,5 % à 795 pesos) ou le conglomérat Ayala (- 2,6 % à 280 pesos).Une décision de justice gelant une hausse de la TVA est pointée du doigt par Fitch et Standard & Poor's. C'est la perspective de cette réforme fiscale clé pour les finances du pays qui avait poussé les deux agences de notation à adopter récemment un point de vue plus favorable sur l'archipel. Le rejet par le Parlement de la hausse de la TVA avait déjà secoué le marché boursier, qui avait dévissé de 4,2 % le 4 juillet. Ce pessimisme accru exprimé par Fitch et S&P répond également aux difficultés actuelles du gouvernement. Les appels à la démission de la présidente Gloria Arroyo, accusée de fraudes électorales, se multiplient. C'est ce climat délétère qui a fait ployer la Bourse locale de 10 % en cinq semaines. La mise en garde de Fitch et Standard & Poor's tombe mal, alors que le gouvernement philippin met les bouchées doubles pour attirer les investisseurs étrangers, en particulier dans le secteur minier (lire page 24).Denys Kappès-Grangé

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.