PSA en mal d'argent frais procède à une émission d'un milliard

 |   |  574  mots
PSA Peugeot Citroën est en mal d\'argent frais. Le groupe a procédé ce jeudi à une émission obligataire d\'un milliard d\'euros, qui doit l\'aider à \"conserver un niveau de sécurité financière élevé\". Cette émission offre un coupon annuel de 7,375%, précise le groupe dans un bref communiqué. Ce coupon est plus élevé que celui offert en avril 2012 pour une émission de 600 millions d\'euros (5,625%). L\'offre a été bien accueillie puisque le carnet d\'ordre a atteint 4,3 milliards, précise le constructeur. \"Nous souhaitons conserver un niveau de sécurité financière élevé\", explique son directeur financier Jean-Baptiste de Chatillon,dans le communiqué. Le placement de cette émission a été dirigé par BNP Paribas, CA CIB, Deutsche Bank, HSBC, Natixis et Société Générale.Lourdes pertesLe groupe auto est en pleine crise.  Le constructeur français, qui a prévu de supprimer 11.000 postes entre 2011et 2014 en France (sur un total de 91.000) et de fermer son usine d\'Aulnay-sous-Bois en 2014, a affiché au titre de 2012 une perte nette de 5,01 milliards d\'euros (dont 4,19 milliards pour le second semestre), contre un bénéfice de 588 millions l\'année précédente. Celle-ci inclut des dépréciations d\'actifs massive, à hauteur de 4,7 milliards. Le groupe a aussi vu son résultat opérationnel courant plonger dans le rouge de 576 millions (contre un bénéfice de 1,09 milliard en 2011). Dans la seule division automobile, PSA affiche un déficit opérationnel de 1,5 milliard, soit une marge négative de 3,9%. Les ventes mondiales du groupe avaient chuté l\'an dernier de 8,8% à 2,82 millions pour les véhicules montés. Si l\'on intègre les modèles vendus en pièces détachées à Iran Khodro (Iran), le plongeon était de 16,5% à 2,96 millions.Réduction de coûtsLe constructeur argue toutefois qu\'il a atteint ou dépassé les objectifs fixés pour 2012, avec une réduction de coûts de 1,2 milliard d\'euros, des ventes d\'actifs pour 2 milliards (cessions Immobilières pour 634 millions, vente de la filiale logistique Gefco pour 897 millions, de la filiale de location Citer pour 448 millions) et une baisse des stocks en fin d\'année. La dette nette, encore très lourde à 3,15 milliards d\'euros, a été aussi réduite de 211 millions. Le groupe affirme par ailleurs disposer d\'une sécurité financière de 10,6 milliards d\'euros, dont 2,4 milliards de lignes de crédit non tirées (hors filiale Faurecia). Philippe Varin, patron de PSA, affirme vouloir \"rétablir la rentabilité de la division automobile en Europe en 2015\". En attendant, pour 2013, le groupe vise la division par deux de la consommation de cash opérationnel (3 milliards d\'euros l\'an dernier), ce qui la ramènerait quand même à 1,5 milliard, soit 4 millions par jour! Le patron de PSA  confirme un objectif de retour à l\'équilibre fin 2014. Méfiance de l\'agence FitchL\'agence de notation Fitch a toutefois annoncé, en début de semaine, la dégradation d\'un cran de la note de dette à long terme de PSA. Le constructeur automobile est désormais noté B+ contre BB- auparavant. Cette dégradation reflète la \"préoccupation\" de Fitch quant aux capacités de PSA à sortir ses activités automobiles du rouge et ramener la trésorerie opérationnelle  à l\'équilibre fin 2014,  expliquait l\'agence dans un communiqué. Fitch affirme que les objectifs de PSA devraient être reportés à 2015 au mieux. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :