La "banque" de la Sécu présente un bilan comptable satisfaisant

 |   |  429  mots
Voilà une administration satisfaite de son travail ! L\'Agence centrale des organisme de sécurité sociale (Acoss) - la \"banque \"de la sécu qui chapeaute les Urssaf- a livré mercredi son bilan 2011. Le recouvrement des cotisations s\'améliore et la lutte contre la fraude sociale s\'est accentuée. En outre, l\'agence est parvenue à maintenir à un niveau très faible ses frais de fonctionnement. Chargée d\'assurer la gestion commune de la trésorerie des différentes branches du régime général de la \"Sécu\", l\'Acoss est également en charge des prélèvements pour le compte de plus de... 800 organismes tiers, dont, notamment, depuis 2011, l\'Unedic et Pôle emploi.419 milliards d\'encaissements  L\'année dernière, la branche recouvrement a encaissé auprès de 9,5 millions de comptes de cotisants  419 milliards d\'euros dont 82,7 milliards pour le compte des organismes tiers. Ce qui en fait l\'un des premiers organismes de recouvrement en France. Sujet de fierté : le coût très réduit des frais de l\'organisme. Ainsi, en 2011, pour 100 euros collectés, 30 centimes ont été consacrés aux dépenses de fonctionnement des Urssaf, soit un coût de gestion de 0,30%... contre 0,33% en 2010. A cet égard, l\'Acoss a aussi sensiblement amélioré la gestion de sa trésorerie.Un solde négatif de 4,7 milliards contre près de 50 milliards un an plus tôtAinsi, en 2011, la très forte reprise des déficits par la Cades (Caisse d\'amortissement de la dette sociale) pour un montant de 65,3 milliards d\'euros, a nettement réduit les besoins de financement. Fin 2010, le compte de l\'Acoss à la Caisse des dépôts et consignations enregistré un solde négatif de 49,5 milliards. Et les besoins de financements nouveaux - assurés par le recours aux outils de marché, comme l\'émission de billets de trésorerie - pour 2011 ont atteint 20,5 milliards. Fin 2011, avec la reprise de la dette par la Cades, le solde négatif du compte de l\'Acoss n\'atteignait plus que 4,7 milliards. Last but not least, la lutte contre la fraude sociale s\'est également accentuée : 220 millions d\'euros de redressement ont été enregistrées en 2011, soit une évolution de près de 20% par rapport à 2010. Une amélioration due notamment à la signature de convention de coopération avec la Direction générale des finances publiques (DGFIP) et des organismes comme Tracfin, ainsi qu\'à la présence dans les Urssaf de personnels spécifiquement dédiés à la lutte contre la fraude. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :