L'éditorial de Muriel Motte : CAC 40, le vertige des 4 000 points

 |   |  331  mots
Non sans mal, la Bourse de Paris a sauvé sa performance trimestrielle. Après des semaines d'hésitations le CAC 40 s'est installé, l'espace de trois séances, au dessus des 4 000 points. Un niveau inconnu depuis la mi-janvier qui permet aux actions françaises d'afficher une hausse trimestrielle purement symbolique de 0,95%.Mais pourquoi tant de peine ? Il y a quelques mois les stratégistes annonçaient à l'unisson un bon début d'année dans la foulée d'un automne en fanfare. Les déconvenues viendraient plus tard lorsque, reprise économique aidant, les banques centrales commenceraient à durcir leur politique monétaire, disaient-ils. D'ici là les entreprises riches en cash (il atteint un niveau inédit depuis les années soixante aux Etats-Unis et en Europe), devaient se lancer dans une course aux fusions acquisitions dont la Bourse se régalait d'avance. De toutes ces belles promesses une seule a pris tournure : la reprise économique, quoique d'intensité variable, est effectivement visible. Emploi, commerce, moral, tout va moins mal.En revanche, inutile de chercher l'effervescence qui entoure habituellement les mariages d'entreprises : le volume des opérations annoncées en Europe a reculé de 8% par rapport au dernier trimestre 2009. Pourtant, ce n'est pas l'épouvantail monétaire qui effraie les marchés. Contre toute attente, le croqu-mitaine des déficits budgétaires lui a volé la politesse. Le résultat est le même, les entreprises se tâtent, la bourse piétine.Echaudés par un premier trimestre déroutant, les stratégistes annoncent des marchés en dents de scie. S'ils reconnaissent toujours aux actions européennes un potentiel de hausse de 10% à 15%, ils se gardent bien d'en donner le timing. La surprise serait que, libérée de ses pensées les plus noires sur la conjoncture, la Bourse de Paris atteigne rapidement 4 330 points, son niveau « d'avant Lehman », tournant ainsi la page de la crise financière. Le bon chiffre de l'emploi américain tombé vendredi pourrait bien l'aider à entrer dans une nouvelle ère.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :