La Bourse de Nicosie à l'heure grecque

 |   |  359  mots
chronique des marchésDu printemps turc, Chypre n'en a guère vu la couleur. Des envolées de la livre, aux étincelles de la Bourse stambouliote, elle n'a guère profité. L'île a beau être partagée entre la Grèce et la Turquie - sa partie Nord étant administrée par la seconde - elle est, depuis 2004, membre de l'Union européenne et a, comme Malte, adopté l'euro en 2008. Les mauvaises ondes grecques ne l'ont donc pas épargnée. D'autant qu'elle avait déjà, comme d'autres, été durement frappée par la crise, le départ massif des Britanniques qui ont vendu leur résidence secondaire, et le déclin des investissements russes. Résultat : la récession frappe toujours. La pression inflationniste est plus forte que dans les autres pays de la zone euro. Et les investisseurs réservent à la petite Bourse de Nicosie le même sort qu'à celle d'Athènes. Il n'y a qu'à suivre la courbe de son indice boursier : elle adhère telle une soeur jumelle à celle du marché grec. Le mois dernier, elles ont toutes deux dévalé la pente de manière abrupte, jusqu'à un point bas le 28 avril, pour rebondir tout aussi énergiquement ensuite. Bilan des courses : les deux indices affichent un retrait de 15 % depuis le début de l'année. Et de 9 % environ depuis le début du trimestre. Ce mimétisme est facile à justifier : l'indice chypriote est composé à plus de 90 % par des valeurs bancaires. Au rang desquelles figurent quelques sociétés grecques. Marfin notamment. Une spécificité dont Nicosie se serait bien passé. Ainsi, les banques helléniques restent dans le collimateur des analystes. Vendredi, Moody's a d'ailleurs abaissé une nouvelle fois les notes de solidité financière de neuf d'entre elles. Quant à leurs performances boursières, elles n'ont rien de très enviables. Cette année, National Bank Greece a plongé de près de 32 %, Pyreus Bank de 34 % et Alpha Bank de 27,6 %. Nicosie attend toujours son printemps grec. Marjorie Bertouillela bourse chypriote, telle une soeur jumelle, subit le même sort que celle d'athènes : un repli de 15 % depuis le début de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :