Bruxelles fait une première tentative de traçabilité du « shadow banking »

 |   |  279  mots
La finance de l\'ombre est dans le collimateur de Bruxelles. Mercredi 4 septembre, la Commission européenne a présenté un projet de législation visant à mieux réglementer les fonds monétaires. Ces derniers détiennent en Europe près du quart (22%) des titres de dette à court terme émis par les administrations publiques et les entreprises, et 38% de ceux émis par les banques.Or, les fonds monétaires, qui représentent ainsi en Europe un volume d\'activité de 1.000 milliards d\'euros, « ne sont pas aussi stables (que les banques) et, en cas de tension, ils peuvent mettre en danger tout le système financier », a argumenté Michel Barnier, le commissaire européen chargé des Services financiers, lors d\'une conférence de presse, mercredi. Conséquence, la Commission européenne veut contraindre les fonds monétaires à limiter à 5% le poids d\'un émetteur dans leur portefeuille. Elle entend également les obliger à disposer d\'une réserve de fonds propres équivalant à 3% de leurs actifs. Enfin, les portefeuilles des fonds monétaires devront être constitués à hauteur de 10%, au minimum, d\'actifs d\'une échéance maximale d\'un jour. Et une part supplémentaire de 20% des portefeuilles devra être composée d\'actifs dont l\'échéance n\'excèdera pas une semaine. Le tout devant permettre aux fonds de rembourser les investisseurs souhaitant retirer de l\'argent à court terme. Ce projet de législation n\'est qu\'une première étape dans la stratégie de Bruxelles, qui ambitionne de mieux encadrer l\'ensemble du « shadow banking. » Un secteur qui pèse 60.000 milliards de dollars à l\'échelle mondiale, dont 31.000 milliards au sein de la seule Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :