Edel propulsé dans le but parisien

 |   |  468  mots
footballDes jeunes joueurs africains perdus par le miroir aux alouettes du football européen et égarés dans les clubs les plus miteux, le football en compte des wagons. Apoula Edel, gardien du Paris-Saint-Germain, a failli garnir ce régiment. Antoine Kombouaré, son entraîneur au PSG, qualifie le parcours d'Edel d'intéressant. Mystérieux ou exotique seraient des adjectifs plus adaptés.Le Cameroun, l'Arménie, la Belgique en prêt, la Roumanie puis la France. Pas vraiment la route de la soie des footballeurs, plutôt le guide du routard des championnats moisis. Après avoir débuté le football dans le club de Kumba, à 200 km de Yaoundé au Cameroun, il se fait « kidnapper », à 16 ans, par un agent français qui l'expédie en Arménie. A peine a-t-il eu le temps de rêver de cette Europe qu'il vient de toucher qu'il se fait racketter son passeport par les autorités. « Là-bas, ça n'a pas été évident pour lui, se souvient Bernard Casoni, ex-sélectionneur de l'équipe d'Arménie. On lui a dit : ?Ou tu joues en sélection, ou tu ne joues plus et tu n'es plus payé.? Il y a eu du chantage. »En deux coups de cuillère à pot et de menaces, Edel se retrouve naturalisé Arménien et à garder les cages de la sélection nationale. Ces deux petites sélections, il les traîne comme un boulet, puisqu'elles l'empêchent d'évoluer avec le Cameroun. Paul Le Guen, qui l'a fait signer au PSG et qui est le sélectionneur des Lions indomptables, veut le voir porter la tunique verte des Africains. Edel et sa famille ont déposé une requête auprès de la Fifa pour que ces deux capes fantoches soient effacées.cerbère en chefAprès l'Arménie, Edel fait son petit tour d'Europe pour débarquer au PSG en 2007. Gardien de la réserve pendant un an, il devient le remplaçant de Mickaël Landreau, puis de Grégory Coupet cette année. Charles Villeneuve, l'ancien président du club de la capitale, voulait même le propulser gardien numéro un pendant l'ère Landreau. Coupet à l'infirmerie pour trois moins minimum avec une cheville à 90 degrés, Edel s'est retrouvé propulsé cerbère en chef des buts parisiens face à Boulogne-sur-Mer mercredi (victoire du PSG 5-2) alors qu'il était habitué à quitter le survêtement seulement lors des petites soirées de Coupe de la Ligue : « Je ne m'attends à rien de sa part, il n'a rien à me prouver, je connais ses qualités. J'ai entièrement confiance en lui », avance Kombouaré. Ce soir, face à la mitraille des Girondins de Bordeaux, sa confiance forgée au gré de son parcours chaotique lui sera sans doute très utile.M. M. avec Clément Zam

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :