Chocolat : Mars et Nestlé accusés d'entente sur les prix

 |   |  375  mots
L'autorité canadienne de la concurrence a annoncé jeudi avoir découvert une entente entre multinationales sur les prix de produits au chocolat. Parmi celles-ci, on compterait de grands groupes comme Nestlé, le groupe Mars, Hershey ou le distributeur canadien ITWAL. Cette entente aurait sévi entre 2002 et 2008 sur des produits comme les barres chocolatées Kit Kat, Bounty, Snickers, Twix, ou encore les M&M's. Mais le bureau canadien de la concurrence se dit incapable d'estimer le montant du préjudice pour le consommateur "en raison de la complexité des prix sur le marché".« La fixation des prix est une infraction criminelle grave et les accusations portées aujourd'hui démontrent que le Bureau de la concurrence est déterminé à faire cesser les activités des cartels au Canada », a souligné John Pecman, directeur du Bureau.Des peines de prisonLes fraudeurs encourent une amende de 10 millions d'euros, mais le bureau n'exclut pas des poursuites pénales à l'encontre des dirigeants de l'époque qui risquent des peines de prison ferme. Le gendarme de la concurrence a demandé au ministère public de faire preuve de « clémence » pour le groupe Hershey en raison de sa coopération au cours de l'enquête. Quant au cinquième groupe, celui qui a révélé l'existence du cartel, et dont l'identité est tenue secrète, il ne sera pas inquiété en vertu d'un principe d'immunité. De leurs côtés, Mars et Nestlé ont rejeté les accusations d'entente et ont indiqué qu'ils se défendront contre cette action en justice.Des récidivistes?Ce n'est pas la première affaire du genre pour Nestlé et Mars: en 2008, les deux géants des barres chocolatées avaient fait l'objet d'une enquête similaire en Allemagne aux côtés de cinq autres entreprises, après que leurs prix eurent décollé de 25% au même moment. Les entreprises s'étaient défendues en attribuant cette augmentation à la hausse des cours des matières premières. Plus tôt cette année, Nestlé a été condamné aux côtés de 10 autres groupes à une amende de 60 millions d'euros pour entente sur les prix en Allemagne. Mars avait pour sa part échappé aux poursuites en coopérant avec Berlin. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :