Quand la directrice du FMI donne des leçons de rigueur aux Etats-Unis

 |   |  362  mots
Face au \"mur de la dette\" américaine, Christine Lagarde a sa recette. La directrice générale du Fonds monétaire international l\'a détaillée dans un entretien filmé pour la chaîne CNN. Contre ce qu\'elle considère comme \"la plus grande menace pour l\'économie du pays\", l\'ancienne ministre de l\'Economie française préconise d\'augmenter les recettes de l\'Etat, par une hausse d\'impôts, tout en réduisant les dépenses publiques.Barack Obama face à la Chambre des représentantsElle a appelé à un accord rapide entre l\'administration démocrate de Barack Obama et la Chambre des représentants à majorité républicaine. Les deux camps affichent leurs désaccords sur la façon de réduire la dette publique du pays. Les premiers appellent à une hausse des impôts pour les plus riches tandis que les seconds préfèrent une réduction des dépenses. Christine Lagarde défend une position consensuelle. \"Nous avons fait des études de toutes sortes et aucune ne démontre de vérité absolue\", a-t-elle justifié. Aussi souhaite-t-elle \"une approche équilibrée\". Lagarde craint une croissance nulleSans accord entre les deux parties, des mécanismes \"automatiques\" d\'économie interviendraient. Dans une telle situation, Christine Lagarde craint l\'évenutalité d\'une \"croissance nulle\" l\'an prochain pour les Etats-Unis, alors que le FMI table pour le moment sur une croissance de 2,1% pour le pays en 2013. Or, la paralysie du débat américain, essentiellement concentré sur la façon dont les classes moyennes participeront à la réduction de la dette, serait de nature à perturber le retour de la confiance.  \"Il y a un certain degré d\'incertitude, qui alimente le doute et empêche les investisseurs, les entrepreneurs et les ménages de prendre des décisions, car ils ne savent pas de quoi demain sera fait\", a analysé Christine Lagarde.\"Perte de leadership\"Vendredi sur la BBC, déjà la directrice du FMI avait appelé les dirigeants américains à s\'entendre au plus vite. Dans le cas contraire, elle prédisait une \"perte de leadership\" au niveau mondial pour les Etats-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :