La crise grecque menace les banques américaines

 |   |  293  mots
Le président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, estime que la crise de la dette grecque est un problème européen qui pourrait peser sur les banques américaines si on ne la surveille pas, a rapporté le sénateur républicain Richard Shelby. En rouvrant les lignes de swaps de devises avec les banques centrales étrangères, la Fed va permettre aux États européens croulant sous les dettes de se renflouer. Ben Bernanke a prévenu, lors d'une réunion à huis clos avec les sénateurs destinée à les rassurer, que « tous les montants en dollars fournis par la banque centrale américaine seraient totalement remboursés par ses homologues étrangères ». « Ce n'est pas un prêt des contribuables américains mais un véhicule de liquidit頻, a précisé le sénateur républicain Bob Corker.Michel Barnier, le commissaire européen au Marché intérieur et aux Services financiers, a lui aussi rencontré Ben Bernanke ainsi que le secrétaire au Trésor Timothy Geithner à l'occasion d'un voyage à Washington. Au coeur de ces rencontres, la régulation. « Aucun marché, ni produit ou pays n'échappera à la régulation », a déclaré Michel Barnier. Et d'ajouter que cela doit se faire en tenant compte de la réglementation américaine. L'Europe et les États-Unis s'opposent, notamment, sur le projet de directive sur la gestion alternative visant à réguler principalement les hedge funds et le private equity. Timothy Geithner se plaint de mesures discriminatoires à l'égard de l'industrie des hedge funds américaine. Ce à quoi Michel Barnier a répondu qu'il s'efforçait de trouver des solutions afin de gommer les différences entre les opinions américaine et européenne. T. S. avec Reute

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :