Un pays attractif mais complexe »

 |  | 393 mots
Lecture 2 min.
Vu de SiemensQuel regard porte un grand groupe allemand sur la France de 2009 ?La France bouge : beaucoup de réformes y sont conduites, même si les débats qui les entourent ne sont pas toujours très lisibles vus de l'extérieur. Pour Siemens, l'augmentation du crédit d'impôt recherche, qui a permis de rendre compétitifs des sites en situation concurrentielle défavorable, et aujourd'hui la suppression de la taxe professionnelle améliorent grandement l'attractivité du pays. Ces réformes permettent de démontrer à notre groupe qu'il est avantageux d'investir en France aujourd'hui, pour des raisons qui ne tiennent plus seulement à la qualité de ses ingénieurs et de ses infrastructures.Ces mesures suffiront à rendre la France véritablement compétitive en Europe, et à lever les handicaps qu'elle présente ?Si ces mesures vont dans le bon sens, changent-elles radicalement l'image de la France ? Ce n'est pas sûr. Vue de l'étranger, la France reste un pays attractif mais complexe, où la sphère publique semble intervenir plus qu'ailleurs dans les décisions économiques, selon une logique purement nationale et imprévisible car variant selon les situations.La France a entrepris des réformes sociales d'envergure. Vont-elles faciliter le travail des groupes étrangers en France ?Si l'image du pays des grèves ou des séquestrations de patrons prévaut encore à l'étranger, c'est très injuste car il faut reconnaître qu'elles restent limitées dans le privé. Le problème en France tient à la rigidité et à la complexité de son droit du travail, qui engendrent une grande insécurité juridique. Quand une réorganisation prend trois mois en Angleterre, et six en Espagne, en France, elle prendra douze mois. Ce manque d'adaptabilité et de souplesse dans un pays où une entreprise ne peut restructurer son outil si elle gagne de l'argent, et où la pression politique et syndicale y est plus forte qu'ailleurs, est un vrai problème pour les entreprises étrangères en France. Cela contraint les groupes à n'intervenir qu'en situation de crise. Cela dit, la France reste un lieu attractif pour y investir lorsqu'on dispose déjà d'un site de recherche ou de production, car elle reste un grand marché doté de belles infrastructures performantes. Propos recueillis par V. S.Philippe Carli, président de Siemens France et du secteur Energy en Europe du Sud-Ouest.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :