La doctrine sociale du medef 

 |   |  230  mots
Pour ne pas concentrer les pouvoirs dans quelques mains, Laurence Parisot a attribué les différents thèmes de la négociation sociale à des personnalités diverses. Il en résulte un système où les responsabilités sont décentralisées, et où la part de la discussion politique sur la cohérence de la doctrine patronale est réduite. Cela n'a peut-être pas freiné la signature d'accords. Mais, confie un avocat, « s'il se dit favorable à la prévalence du contrat collectif sur la loi, le Medef ne développe ni la stratégie ni l'ingénierie technique pour la mettre en ?uvre. Et il ne construit pas d'idée directrice sur l'évolution du droit social, qui doit concilier dans un monde en mutation, protection des travailleurs et efficacité économique. En clair, la dispersion du travail de ses équipes, et leur faible maîtrise des sujets sociaux, l'empêchent de tirer tout le parti de l'accord collectif comme outil de management ». Sur la crise aussi, la réflexion patronale a déçu, même si l'on affirme au Medef que l'on ne s'est jamais départi de la politique de l'offre qui a été l'inspiratrice du plan de relance et du grand emprunt présidentiels. « Qui connaît les propositions du patronat pour sortir notre pays de la crise ? » dénoncent nombre d'interlocuteurs du Medef. V. S.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :