Euronext change de tête en douceur

 |   |  370  mots
Vingt années agitées. Un parcours émaillé de révolutions technologiques et de batailles capitalistiques sans merci ! À l'issue de ce règne sans partage, Jean-François Théodore passera le flambeau, le 1er janvier prochain, à Dominique Cerutti. Son successeur rejoint aujourd'hui la rue Cambon, dans le 2e arrondissement de Paris, siège opérationnel de la filiale européenne de Nyse-­Euronext. L'ancien patron d'IBM pour l'Europe de l'Ouest et du Sud devra alors poursuivre la lutte de l'opérateur boursier européen face à ses nouveaux compétiteurs que sont les plates-formes alternatives, telle Chi-X, et renforcer l'offre de services dans un univers où les points marqués s'expriment en millisecondes dans le traitement des ordres. Les vingt dernières années ont terriblement chamboulé les missions et le paysage concurrentiel des opérateurs boursiers. Confronté lors de sa nomination par arrêté ministériel en 1989 aux conséquences d'une mutation technologique mal digérée par les sociétés de Bourse ? il devra faire face à plusieurs faillites dans le sillage de la déconfiture de Tuffier-Ravier-Py ?, le premier président de la Bourse de Paris non élu par des agents de change va accompagner la disparition du parquet et l'universalisation des cotations informatiques et la création de la chambre de compensation.tacticien et stratègeCharmeur, courtois, opiniâtre, à la fois tacticien et stratège, Jean-François Théodore a permis à l'ancienne Société des Bourses françaises de prendre toute sa dimension internationale. D'abord européenne, avec la création d'Euronext en septembre 2000 qui arrimera à la Bourse de Paris, celles d'Amsterdam, de Bruxelles et de Lisbonne, puis, deux ans plus tard, le marché à terme londonien du Liffe, l'envergure de l'opérateur boursier devient transatlantique lors de son mariage avec le New York Stock Exchange (Nyse Group) en avril 2007. Certains auraient préféré un dénouement plus européen, mais Euronext et Deutsche Börse ne sont pas parvenus à s'entendre. Chaque étape s'est jouée au terme d'un formidable coup de poker de Jean-François Théodore qui a toujours réussi à rebondir après la volte-face des Allemands ou l'encerclement des hedge funds. Théodore n'est jamais meilleur que lorsqu'il a le dos au mur?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :