La Banque mondiale lève 49,3 milliards de dollars pour aider les pays pauvres

 |   |  385  mots
La Banque Mondiale va pouvoir continuer de prêter de l'argent à des taux d'intérêt extrêmement faibles à des pays très pauvres qui n'ont pas - ou quasiment pas - accès aux marchés de capitaux pour financer leur développement. Les grands bailleurs de fonds se sont engagés à verser 49,3 milliards de dollars à l'Association internationale de développement ( IDA ) pour sa campagne de prêt 2011-2014. L'IDA accorde des dons et des crédits à taux zéro aux pays dont les habitants gagnent moins de 2 dollars par jour. Ces prêts subventionnés dépendent donc de la générosité des grands actionnaires de la banque mondiale. « C'est un résultat très significatif à une époque de coupes budgétaires dans plusieurs pays donateurs », s'est félicité le président de la Banque mondiale Robert Zoellick à l'issue d'une réunion des principaux pays donateurs. L'enveloppe allouée représente une hausse record de 18 % par rapport à celle de la précédente campagne (2008-2010), qui avait permis de récolter 41,7 milliards de dollars, a annoncé la Banque mondiale à l'occasion d'une réunion des principaux donateurs de cet organisme à Bruxelles.stimuler la croissanceAu total, 79 pays parmi les plus pauvres de la planète bénéficieront de ces fonds, dont au moins la moitié ira aux pays d'Afrique. « Le financement du développement n'est pas à considérer seulement comme de l'aide, mais plutôt comme un investissement dans l'avenir, car nous avons besoin de la croissance dans les pays en développement pour stimuler la croissance mondiale », a souligné Ngozi Okonjo-Iweala, directrice générale de la Banque mondiale.Quelque 51 donateurs, dont la Chine, participent à la campagne 2011-2014. La Banque mondiale a elle aussi puisé dans ses propres ressources, mais n'a pas souhaité préciser dans l'immédiat à quelle hauteur. Les pays de l'Union européenne ont contribué à hauteur de 43 %. Les fonds de l'IDA servent à financer des infrastructures (routes, projets d'approvisionnement en eau), des projets sociaux (éducation, santé, services sociaux) et agricoles, ainsi que des projets de renforcement des institutions. Un nouveau mécanisme d'aide en cas de catastrophes naturelles et de chocs économiques majeurs, a par ailleurs été approuvé. Ce nouveau dispositif comprendra une enveloppe spéciale pour aider à reconstruire Haïti à la suite du séisme de janvier 2010. X. H.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :