Le CAC 40 met fin à quatre séances consécutives de hausse

 |   |  367  mots
Après avoir signé deux semaines consécutives de hausse, la Bourse de Paris a marqué une pause. En l'absence d'indicateurs macroéconomique et de résultats d'entreprise en provenance des Etats-Unis pour cause de Martin Luther King Day, les investisseurs ont navigué à vue. Dans un faible volume de transactions de 2,2 milliards d'euros, le CAC 40 a conclu, ce lundi, sur un recul de 0,20 % à 3.975,41 points.Un repli qui tient également à la prudence des investisseurs. Dans les prochains jours, le secteur bancaire, principal contributeur à la hausse des dernières séances, devrait une nouvelle fois faire l'objet de toutes les attentions avec la publication, au fil de la semaine, de résultats de banques comme Citigroup, Morgan Stanley, Bank of America et Wells Fargo. Côté macroéconomie, la Banque centrale chinoise a relevé, vendredi, le taux des réserves obligatoires des établissements financiers pour la quatrième fois en deux mois.Dans ce contexte, Accor s'est replié de 1,68 %. Le groupe présentera son chiffre d'affaires du quatrième trimestre mercredi prochain après la clôture de la Bourse. Le titre, qui évolue à ses niveaux de la mi-mai 2008 et se paye 33 fois ses bénéfices estimés par le consensus Factset pour 2010, a subi quelques prises de bénéfices. De son côté, PPR a lâché 1,18 % après l'envolée de 41,26 % du titre en 2010. Et cela alors que Richemont, numéro deux mondial du luxe, a tenu un discours prudent lors de la présentation de son chiffre d'affaires du troisième trimestre. Peugeot en pole positionA l'inverse, Peugeot (+ 2,26 %) a affiché la plus forte hausse du CAC 40, dopé par plusieurs recommandations. Exane BNP Paribas a relevé son objectif de cours de 22 % à 41 euros et réitéré son conseil à « surperformance ». Par ailleurs, Oddo a porté de 33 à 38 euros son objectif de cours. EDF et Veolia ont affiché respectivement des hausses respectives de 1,42 % et 1,18 %. Le groupe a racheté la moitié des 51 % de la Société d'Energie et d'Eau du Gabon détenus par Veolia pour un montant de 15 millions d'euros. Hors CAC, Dassault Aviation a perdu 0,65 %. Le choix du Rafale au Brésil est remis en cause pour équiper l'armée de l'air brésilienne. J. N. - 0,20 %

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :