« Logement : il faut faire revenir les investisseurs »

 |   |  281  mots
STRONG>Vous souhaitez faire revenir les investisseurs institutionnels vers le logement. Pourquoi ?C'est l'une des deux pistes fondamentales pour répondre au déficit de logements, surtout intermédiaires, notamment dans les zones dites tendues comme la région parisienne. La première est la réflexion sur le coût du foncier qui, dans certains cas, représente 40 % du prix final d'un logement neuf. Il faut mener une politique plus volontariste concernant à la fois l'offre de terrains et la fiscalité foncière. La seconde piste est d'inciter les investisseurs institutionnels à revenir dans un secteur dont ils ont eu tendance à s'écarter depuis une quinzaine d'années en raison de la faible rentabilité du logement à court terme.Envisagez-vous des mesures coercitives ? Les bonnes volontés ne sont pas toujours spontanées. Pour autant, il est préférable de rouvrir un dialogue avec les institutionnels, et notamment les grandes institutions comme la Caisse des dépôts, et de mettre en place une fiscalité incitative. Dans le projet de réforme de la fiscalité du patrimoine, j'ai insisté pour que les plus-values immobilières soient moins taxées que les plus-values mobilières afin de préserver les investissements de long terme, alors que les marchés imposent plus de 10 % de retour sur investissement et que se repose la question de la financiarisation excessive de l'économie. Dans le même temps, des mesures incitatives ne peuvent être envisagées en dehors d'un cadre global visant à favoriser une meilleure régulation de l'offre et de la demande et une stabilisation de la valeur des actifs. Tout cela méritant d'être pensé et donc discuté au niveau européen. S. Sa.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :