Philippe LevrierPrésident du groupement d'intérêt public Fr...

 |   |  307  mots
Philippe LevrierPrésident du groupement d'intérêt public France Télé Numérique.Quelle leçon tirez-vous des arrêts de Coulommiers et Kaysersberg ? Nous n'avons pas rencontré de difficultés majeures avec la population, qui a largement suivi. À Coulommiers, il n'y a eu que 3 % de retardataires qui n'étaient pas équipés le jour de l'extinction, nous n'avons reçu que 400 appels en 3 jours, et 91 % des Columériens sont satisfaits du passage. Le vrai test sera donc le Nord Cotentin le 18 novembre, avec 200.000 habitants. Quant aux aides, les demandes ont été très faibles, mais les raisons peuvent être diverses, et donc peu extrapolables. L'aide aux plus défavorisés n'a été demandée que par quelques dizaines de foyers à chaque fois, ce qui était inférieur à nos prévisions. À Kaysersberg, l'aide aux handicapés et aux personnes âgées n'a été demandée que par 40 foyers sur 2.000. En tout cas, ceci a permis au gouvernement de réviser à la baisse le budget nécessaire, et donc de dégager des ressources pour créer, à enveloppe constante, une nouvelle aide destinée à l'achat de paraboles.Certains en profitent-ils pour arrêter la télévision ? C'est surprenant, mais c'est ce que nous ont dit 2 % des foyers à Coulommiers. En Grande-Bretagne, cela concernerait 1 % des gens.Quel accord avez-vous trouvé avec Canal Plus ? La campagne d'information sur l'arrêt de la diffusion analogique de Canal Plus sera payée par le Groupement d'intérêt public (GIP) à hauteur d'environ 7 millions d'euros. De son côté, Canal Plus s'est engagé à rester dans le GIP et à le financer jusqu'à fin 2011. C'est au final une opération à peu près équilibrée pour les chaînes en clair et Canal Plus.Propos recueillis par I. R. et J. H. Nous n'avons pas rencontré de difficultés majeures avec la population. »flashinterview

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :