Les petites compagnies seront sans doute exclues de l'offshore

 |   |  326  mots
Quelles seront les conséquences de la marée noire sur les entreprises pétrolières ? À l'occasion de ses résultats trimestriels, le groupe parapétrolier Halliburton a donné un premier élément de réponse lundi. Le numéro deux mondial des services pétroliers a estimé que le moratoire imposé par l'administration Obama sur l'exploration offshore entraînerait un manque à gagner d'au maximum 5 % sur son bénéfice par action 2010. Ce qui est finalement assez peu.De l'avis général, toutes les entreprises actives dans l'offshore vont devoir composer avec des réglementations renforcées, des autorités plus sourcilleuses, des décalages de projets. La rentabilité des projets des grands groupes pourrait se retrouver égratignée. Mais ce sont les petites sociétés pétrolières qui pourraient en souffrir le plus. BP, on le sait, a déjà dépensé 4 milliards de dollars pour faire face à la marée noire, et la facture finale que devra payer le groupe pour cette catastrophe s'annonce dix fois plus élevée. Quel État, dans ces conditions, prendra désormais le risque d'attribuer une concession en offshore profond à une entreprise plus petite ? Jean-François Hénin, PDG de Maurel & PromProm, expliquait récemment dans nos colonnes (« La Tribune » du 12 juillet) que « toutes les sociétés petites et moyennes vont être obligées d'abandonner l'exploration et la production en offshore profond. Aucune d'entre elles ne sera en effet capable d'affronter les conséquences financières d'éventuels dommages écologiques ». Les entreprises des pays émergents, qui avaient remporté des succès spectaculaires lors des derniers appels d'offres (onshore) en Irak, pourraient aussi en pâtir. « Des États qui auront des réserves offshore vont sûrement y regarder à deux fois avant de confier l'exploitation à des entreprises de pays émergents, moins expérimentées que les majors, à l'exception de la brésilienne Petrobras, dont c'est l'expertise », estime Denis Florin, associé chez Bearing Point. O. H.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :