Pourquoi l'Allemagne veut rapatrier son or stocké en France

 |   |  645  mots
A quelques jours de la célébration des 50 ans du Traité de coopération et d\'amitié franco-allemand de l\'Elysée, la nouvelle a quelque peu surpris du côté français. Mercredi, Berlin a annoncé qu\'elle allait rapatrier toutes ses réserves d\'or entreposées à Paris, et une partie de celles stockées à New York. Pour justifier cette décision, la Bundesbank a brandi l\'absence de possibilité de change, la France et l\'Allemagne partageant la même monnaie commune depuis l\'apparition de l\'euro. Surtout, l\'opération apparaît éminemment politique, dans la mesure où l\'opinion allemande s\'est récemment émue de voir que ses réserves nationales en métal jaune étaient stockées à hauteur de 69% à l\'étranger, une conséquence de la guerre froide.>> L\'Allemagne va rapatrier son orDans le détail, les 374 tonnes d\'or allemand entreposées à la Banque de France (soit 11% des réserves totales de Berlin) vont donc repasser outre-Rhin. Il en va de même pour 300 de ses 1.525 tonnes de métal jaune qui dorment à New York. De plus, Berlin ne compte pas toucher à ses 440 tonnes d\'or à Londres. Pourquoi rapatrier tout son or de France, et en laisser aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne? Sur ce point, des interrogations demeurent. En disposant toujours de réserves dans ces pays situés hors de la zone euro, l\'Allemagne pourrait aisément soutenir la livre sterling ou le dollar en cas de crise monétaire.Une valeur refugeConseiller auprès du gouverneur pour les questions historiques et directeur général honoraire de la Banque de France, Didier Bruneel ne croît pas à cette politique. Pour lui, l\'explication est simple : Londres et New York sont les deux principales places internationales de négoce de métal jaune. \"C\'est là où l\'or se vend, rappelle-t-il, ce qui explique que de nombreux pays y conservent des réserves.\" En outre, pour les Etats-Unis, la logistique pour rapatrier de telles quantités d\'or apparaît évidemment complexe à mettre en place.Cette volonté allemande de conserver maintenant son or chez elle intervient au moment où le métal jaune a particulièrement la cote. L\'once d\'or n\'a cessé de flamber ces dernières années, en raison des incertitudes liées à la crise, passant de 880 dollars début 2009, à près de 1.689 dollars aujourd\'hui. \"Alors que les taux sont bas, que l\'immobilier semble devoir baisser et que la Bourse, même si elle se reprend, demeure source d\'incertitude, l\'or est un élément de diversification du patrimoine et sans doute pour beaucoup de valeur refuge\", juge Didier Bruneel.L\'or représente 22% des réserves de change des pays industrialisésAvec 3.391 tonnes d\'or, l\'Allemagne dispose de la deuxième réserve mondiale de métal jaune du monde, derrière les Etats-Unis (plus de 8.000 tonnes). Et devant le FMI (environ 8.000 tonnes), l\'Italie (2.451 tonnes). La France se situe elle en cinquième position, avec 2.435 tonnes, sachant que 100% de ce stock demeure au siège de la Banque de France, dans le premier arrondissement de Paris.Pour les banques centrales, ces stocks d\'or leur permettent de disposer d\'actifs pouvant être échangés contre des devises en cas de coup dur. D\'après Didier Bruneel, l\'or représente en moyenne 22% des réserves de change des pays industrialisés, contre 4% pour les pays émergents. Sur le long terme, ces derniers devraient continuer à accroître leurs réserves, un élement de soutien des cours de l\'once sur les marchés internationaux. Selon le directeur général honoraire de la Banque de France, \"plusieurs études laissent entendre que la part optimale de l\'or dans les réserves de change des pays émergents serait entre 8 et 10%\".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :