Easyjet : la chasse à l'homme d'affaires fait bondir les bénéfices

Bond de 28 % du bénéfice avant impôts à 317 millions de livres (394 millions d\'euros), hausse de 13 % du bénéfice net à 255 millions de livres, doublement du dividende, à 21,5 pence par action, pour un total de 85 millions de livres… Les résultats annuels d’Easyjet, clos fin septembre, sont très bons malgré les difficultés économiques en Europe et la hausse de la facture carburant. Ils confortent la stratégie de sa PDG, Carolyn McCall de se focaliser davantage sur la clientèle affaires, qui représentent plus de 20 % de ses passagers. Bon nombre d’entreprises réduisent leur budget voyage et utilisent les compagnies à bas coûts aux dépens des transporteurs classiques. \"Easyjet est le gagnant structurel sur les routes intra-européennes face aux compagnies classiques mais aussi aux autres compagnies low-cost\", a déclaré, à Bloomberg, Carolyn McCall.Stratégie à l\'opposé de celle de RyanairDe tout temps, le modèle de la compagnie britannique a attiré la clientèle affaires. Contrairement à Ryanair qui s’est développé au départ d’aéroports régionaux, Easyjet s’est positionné très vite sur les aéroports principaux (Orly, Roissy, à Paris par exemple) et a préféré avoir un réseau moins dense que sa rivale irlandaise en termes de villes desservies mais en proposant sur chacune de ses liaisons un nombre de vols permettant de faire un aller-retour dans la journée.Une offre spécifique pour les hommes d\'affairesCes derniers temps, Easyjet est allé encore plus loin. Tout en continuant à augmenter la fréquence des vols sur les routes clefs, la compagnie a carrément développé une offre pour les hommes d’affaires. Ses tarifs Flex permettent de changer gratuitement et de manière illimitée les dates de voyage pendant quatre semaines, et incluent un bagage à main (avec un poids limité), un bagage en soute jusqu’à 20 kilogrammes et l’accès au Speedy Boarding. Ce système permet d’accéder à des comptoirs d’enregistrement dédiés, mais aussi à un passage prioritaire au poste de sécurité et à l’embarquement.En outre, la compagnie a complètement changé sa relation avec les agences de voyages, qui verrouillent le marché du voyage d’affaires. Du refus il y a une dizaine d’années d’être distribué par les agences pour ne pas payer de commissions sur le prix des billets, Easyjet et les distributeurs de voyages se sont rapprochés à la faveur de la suppression du système de commissionnement par les compagnies classiques comme Air France ou Lufthansa. En signant un partenariat avec Amadeus, l’un des fournisseurs de système de réservation des agences de voyages, Easyjet a facilité la revente de ses billets par les agences de voyages.Hausse des recettesIn fine, cette stratégie a certes pour inconvénient d’augmenter les coûts de la compagnie (qui sont plus élevés que ceux de Ryanair) mais il a l’avantage de générer des recettes plus élevées. En outre, en se posant sur des aéroports principaux, qui n’apportent pas de subventions, Easyjet évite les attaques en justice sur les aides publiques dont fait l’objet Ryanair. La compagnie indique que les réservations du premier semestre sont pour l\'instant globalement conformes à l\'exercice précédent et qu\'elle va augmenter ses capacités d\'environ 3,5 % sur cette période.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.