Londres va présenter un budget « sans cadeau »

 |   |  339  mots
C'est la dernière grande décision politique du gouvernement de Gordon Brown avant les élections. Ce mercredi, il présente le budget de l'état pour 2010-2011 (l'année fiscale va d'avril à mars). à probablement six semaines des élections, qui devraient se tenir le 6 mai, c'est l'ultime occasion de marquer les esprits, avant que la campagne ne prenne vraiment son envol. Tout ceux qui espèrent obtenir un cadeau préélectoral risquent cependant d'être déçus. Le chancelier Alistair Darling a prévenu que ce ne sera pas un « budget sapin de Noël ». « Les gens veulent voir un budget sensé », confiait-il à la BBC dimanche. Le gouvernement devrait aussi présenter une série de mesures d'économies dans le fonctionnement de son administration centrale.Il bénéficie pourtant d'une étroite marge de manoeuvre. Alors qu'il prévoyait en novembre dans son prébudget un déficit de 178 milliards de livres (196 milliards d'euros) (12,6 % du PIB), les recettes fiscales ont été légèrement meilleures que prévu. Si bien que le déficit devrait être inférieur d'environ 10 milliards de livres aux prévisions.déficit abyssalAlistair Darling affirme cependant que cette « cagnotte » doit être intégralement consacrée à réduire le déficit. D'un point de vue budgétaire, cela s'explique aisément : le déficit demeure abyssal, largement au-dessus de celui de la Grèce pour 2010 (après le passage du plan de rigueur d'Athènes).D'un point de vue politique, Downing Street pourrait aussi en tirer parti, en prenant à contre-pied les conservateurs. Ceux-ci font de la réduction du déficit leur priorité, souhaitant, s'ils sont élus, adopter un budget dans les 50 jours suivant leur arrivée au pouvoir. Les travaillistes répliquent qu'ils préfèrent attendre 2011 pour réduire le déficit, car la reprise, trop fragile, risquerait d'être étouffée. Cette attitude est souvent caricaturée comme étant irresponsable. Présenter un budget non pas de rigueur, mais sans cadeau, permettrait de couper court à une telle critique. Eric Albert, à Londre

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :