Face à la Chine, l'Europe doit rester innovante pour être indispensable

Comment vivez-vous, en tant que manager, l'émergence de la Chine??La Chine est un pays incroyablement fascinant, et la rapidité de son évolution contribue beaucoup à cette attractivité. Prenons un exemple?: peu de pays tablent autant que la Chine sur les technologies vertes pour développer leurs infrastructures. Il y a quelques jours, une liaison électrique y a été mise en service, qui détient deux records?: celui de la longueur et celui de l'efficacité énergétique. L'électricité propre qu'elle transporte permet d'éviter le rejet de plus de 30 millions de tonnes de CO2 par an. Le développement de la Chine est donc positif et essentiel, non seulement pour l'économie mais également pour l'environnement et pour la population.Quel rôle la Chine joue-t-elle pour les entreprises européennes en général et pour Siemens en particulier??La Chine est, derrière les États-Unis, le deuxième partenaire commercial de l'Europe et l'une des principales régions où Siemens est présent. Les relations avec nos clients chinois représentent 7 % de notre chiffre d'affaires global. Près de 90 % des produits que nous y vendons relèvent des hautes technologies. Ces produits innovants viennent en grande partie d'Europe. Mais pour Siemens, la Chine n'est pas uniquement un marché?; c'est aussi un lieu de recherche. L'un de nos principaux centres de recherche se trouve là-bas?; nous y développons notamment des produits pour les pays émergents.Quelles opportunités offre encore la Chine aux entreprises européennes??1,3 milliard de personnes vivent en Chine, dont une sur deux en zone urbaine. 170 villes chinoises ont déjà dépassé le seuil du million d'habitants. Et l'urbanisation est loin d'être terminée. Les experts estiment que, d'ici à 2050, près de 75 % de la population chinoise habitera en zone urbaine. Une estimation qui laisse présager des défis de taille pour les infrastructures locales. La population a besoin de transports publics, d'hôpitaux, d'eau potable, et d'une alimentation électrique fiable. Autant de domaines qui constituent notre coeur d'activité.L'industrie européenne peut-elle survivre malgré l'avancée de la Chine??Je répondrai ici par une autre question?: que serait l'industrie européenne sans la croissance chinoise?? Au cours des trente dernières années, les échanges commerciaux entre l'Europe et la Chine se sont multipliés par plus de 30. Nos deux régions ont besoin l'une de l'autre. Accueillant près de 20 % des exportations chinoises, l'Europe est aujourd'hui le principal partenaire commercial et fournisseur de technologies de la Chine. Afin de préserver cette collaboration, nous devons maintenir notre avance technologique et investir massivement. Au cours de son dernier exercice, Siemens a investi environ 4 milliards d'euros dans le développement de nouveaux produits. Les innovations sont et restent notre principale force.Quels obstacles les entreprises européennes rencontrent-elles aujourd'hui en Chine??La Chine a déjà fait beaucoup pour faciliter l'accès des entreprises européennes à son marché. Ainsi, les actionnaires ont un droit à l'information beaucoup plus développé, les activités de crédit sont devenues plus transparentes et la législation en matière de protection de la propriété intellectuelle est aujourd'hui bien plus appliquée qu'il y a quelques années. Avec une conséquence plutôt remarquable d'ailleurs?: la Chine est aujourd'hui le pays où l'on dépose le plus de demandes de brevets.À quelles adaptations une entreprise européenne doit-elle procéder pour rester compétitive en Chine??En Chine, il existe un marché immense demandeur de produits d'entrée de gamme, des produits dotés uniquement des fonctionnalités de base et donc meilleur marché. Rien qu'en Chine et en Inde, nous estimons le potentiel de ce segment de marché à 70 milliards d'euros. Les produits haute technologie venus d'Europe ne répondent pas suffisamment à la demande spécifique à ce marché. Il nous faut développer et fabriquer ces produits sur place, car ce sont les personnes présentes localement qui savent le mieux ce dont leurs clients ont besoin. Siemens compte actuellement une vingtaine de produits d'entrée de gamme en Chine. Une cinquantaine d'autres produits sont en projet.La croissance de la Chine va-t-elle se poursuivre??La Chine continuera à être un moteur de l'économie mondiale. Les pays Bric et le Proche-Orient devraient être à l'origine de la moitié de la croissance mondiale entre 2008 et 2014. Ces pays émergents, et la Chine en particulier, seront donc particulièrement attractifs pour les investisseurs étrangers. De nombreuses entreprises internationales travaillent aujourd'hui activement à l'extension de leurs capacités de production et de recherche en Chine afin de consolider leur part de marché. Au cours des derniers mois, Siemens a investi plusieurs centaines de millions d'euros en Chine afin d'intensifier la création de valeur locale.Ne craignez-vous pas que l'économie mondiale ne se limite à un dialogue entre la Chine et les États-Unis??L'Europe ne sert pas seulement d'intermédiaire géographique entre les États-Unis et l'Asie. Sur le plan économique également, nous sommes un trait d'union entre les deux régions. En effet, nous possédons les technologies et le savoir-faire dont les gouvernements américain et chinois ont besoin pour mettre en place des infrastructures durables. Si nous conservons notre longueur d'avance en matière d'innovation, nous resterons indispensables?! n? DEMAIN, entretien avec Martin Sorrell, directeur général de WPP

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.