Le Ton monte entre Athènes et Bruxelles

Le porte-parole du gouvernement grec, Georges Pétalotis, a reproché, mardi, à la Commission européenne d'avoir fermé les yeux sur les dérives du déficit public et les gaspillages du précédent gouvernement. Le Parti socialiste grec (Pasok), qui est arrivé au pouvoir en octobre 2009, avait révisé à la hausse l'estimation du déficit public de 6 % fournie par les conservateurs, à 12,7 % du PIB. À Bruxelles, le porte-parole de la Commission a rétorqué que, depuis 2005, des réserves sur ces chiffres ont été émises à cinq reprises, et rappelé que les chiffres des déficits 2008 et 2009 n'avaient toujours pas été validés par l'office européen des statistiques, Eurostat.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.