Hollande au Qatar : le plan pour accorder plus de vols à Qatar Airways sans nuire à Air France

C’est par des contreparties que la France compte régler le différend qui l’oppose avec le Qatar au sujet de la demande de droits de trafic supplémentaires dans l’Hexagone de Qatar Airways en 2013, refusée jusqu’ici. Un refus qui a irrité au plus haut niveau à Doha. En avril, le premier ministre du Qatar a envoyé un courrier à Jean-Marc Ayrault pour lui faire part de sa déception devant le refus de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) d’accorder trois vols hebdomadaires supplémentaires à Qatar Airways. Ceci afin de ne pas fragiliser davantage Air France. Le quota de vols est atteintAyant atteint le maximum de son enveloppe de droits de trafic (autorisations de vols) en France (21 vols par semaine répartis jusqu’en juin à Paris pour 18 vols et Nice pour 3 vols), Qatar Airways demandait trois vols supplémentaires à Paris pour passer à 21 vols par semaine et assurer ainsi trois vols par jour entre Paris et Doha. Devant le refus français, Qatar Airways a fermé son escale niçoise et a transféré les trois vols de Nice à Paris, au grand dam des élus niçois. Cette semaine, le PDG de Qatar Airways, Akbar Al-Baker, a réitéré sa volonté d’augmenter sa présence en France.Des accords avec ServairLe mécontentement de Doha a été pris au sérieux. Le Qatar est un partenaire de la France et ses investissements massifs dans l\'Hexagone en font un partenaire  particulier qui ont distendu la relation. La France veut la normaliser. « Le sujet des droits de trafic sera évoqué lors de  la visite de François Hollande au Qatar », selon un proche du gouvernement. Ce dernier a bien conscience de la fragilité d’Air France et ne veut pas lui mettre des bâtons dans les roues. Aussi, selon nos informations, le camp français entend lâcher du lest à Qatar Airways en demandant des contreparties. Notamment des contrats de maintenance pour Air France. La compagnie pourrait ainsi obtenir ses vols supplémentaires en France (notamment assurer ses vols de Nice sans toucher à ses trois vols quotidiens à Paris) à condition que la compagnie qatarie s’engage à faire entretenir une partie de sa flotte d’avions, en exploitation ou à venir, chez Air France Industrie, l’activité maintenance d’Air France. Ceci du montant équivalent de l’impact pour Air France de la hausse de fréquences de Qatar Airways, estimé à quelques millions d’euros. Un deal qui semble acceptable. Par rapport à la flotte de Qatar Airways, Air France Industrie a notamment des compétences dans l’entretien des équipements A320, A380 et B777, des moteurs d’A330 et de B777. Pour rappel, Qatar Airways travaille déjà avec Servair, la filiale catering d\'Air France. 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.