Revue de presse

 |  | 320 mots
Lecture 1 min.
STRONG>LE QUOTIDIEN DU PEUPLE (CHINE) : Ansteel ne renonce pas à son projet d'investissement aux États-unisL'entreprise sidérurgique chinoise Anshan Iron and Steel (Ansteel) va poursuivre son projet d'investissement aux États-Unis, selon un reponsable du groupe sidérurgique. Cette annonce contredit les informations révélées par certains médias, vendredi dernier, qui relataient une suspension des négociations de l'entreprise Ansteel concernant le projet, en raison de l'opposition de certains législateurs américains. Ansteel avait signé en mai un accord pour la création d'un joint-venture avec l'entreprise américaine Steel Development Corp, basée au Mississippi, pour la construction de cinq usines d'acier aux Etats-Unis. D'après Ansteel, ces investissements devraient créer des emplois et générer des rentrées fiscales importantes. Cinquante parlementaires américains ont demandé à Washington d'enquêter sur cet accord, inquiets des conséquences du joint-venture sur « les emplois américains et la sécurité nationale ». THE DAILY TIMES (PAKISTAN) : Alors que la production de coton chute, le Pakistan fait appel à l'IndeLe Pakistan devrait importer 2 à 3 millions de balles de coton de 170 kilogrammes en provenance d'Inde, et ses importations pourraient encore augmenter. Alors que le pays connaît des inondations sans précédent depuis le 29 juillet un tiers des cultures de coton ont été ravagées. D'après le représentant de l'Association des marchands pakistanais de fils (Pakistan Yarn Merchants Association), la filière coton pakistanaise devrait s'endetter de près 900 millions de dollars pour importer les unités de coton nécessaires aux besoins en production textile. Déjà 2 millions de balles de coton ont été perdues en raison des crues. Le Pakistan, qui a produit près de 12,7 millions de balles sur la saison 2009-2010, doit atteindre les 15 millions d'unités pour assurer sa production. Le prix du coton indien a déjà subi une nette augmentation cette année, en raison d'une forte demande de la Chine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :