La tension s'intensifie sur les marchés de la dette

Sur le marché des CDS, le contrat sur le Portugal et l'Espagne a grimpé à des records de 388 et 204 points de base.Dans un contexte extrêmement tendu, les proies potentielles des spéculateurs, l'Espagne et l'Italie, ont vu leur coût d'emprunt s'alourdir ce mardi tandis que les spéculateurs faisaient grimper les taux portugais avant même les dernières annonces des agences de notation. Standard & Poor's a en effet abaissé les notes du Portugal et de la Grèce à respectivement « A- » et « BB+ », l'agence soulignant notamment « les défis politiques, économiques et budgétaires auxquels fait face le gouvernement grec ». L'étau se resserre pour les banques, alors que la BCE a prolongé jusqu'à début 2011 ses mesures de crise offrant aux établissements européens la possibilité de refinancer à 1 % les achats de titres de dette de pays notés jusqu'à « BBB- » par au moins une agence. Une inéligibilité de la dette émise par tel ou tel pays aggraverait la capacité des banques nationales à se refinancer et contribuerait à aggraver les tensions sur les coûts d'emprunt des états. Alors que le taux à 2 ans grec se tendait à 15,07% en milieu d'après-midi, l'Espagne et l'Italie ont respectivement émis 2,6  et 13,5 milliards d'euros de titres d'Etat à des rendements nettement supérieurs à ceux de leurs dernières opérations effectuées fin mars. Evoluant en sens inverse des prix, les taux à 2 ans portugais ont eux bondi à 5,21 % contre seulement 3,04 % lundi à l'ouverture. Sur le marché des « Credit Default Swaps », ces produits assurant contre un risque de défaut, le contrat sur le Portugal et l'Espagne ont respectivement grimpé à des record de 388 et 204 points de base, tandis que celui de la Grèce atteignait un plus haut historique de 764 points de base. « Pour être solvable, il faudra que le programme d'ajustement [de la Grèce] génère un excédent primaire suffisant pour compenser le différentiel entre la croissance du PIB nominal et le coût moyen du service de la dette. La dynamique de la dette grecque paraît très délicate », soulignent les experts de JPMorgan. Julien Beauvieux

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.