Une « valeur intrinsèque » qui monte

 |   |  204  mots
« Nous n'avions jamais présenté des chiffres aussi forts ». Le directeur de Scor Global Life, Gilles Meyer, ne cache pas sa satisfaction : calculée selon la méthode européenne EEV (« european embedded value »), la « valeur intrinsèque » de l'activité vie du réassureur français a bondi de 13,7 % en 2009, à 1,9 milliard d'euros. « La création de valeur liée aux affaires nouvelles a plus que doublé en 2009, à 113 millions d'euros, ce qui illustre le dynamisme de notre franchise », estime Gilles Meyer. De fait, « grâce à notre spécialisation sur les risques biométriques, qui échappent aux aléas économiques, notre EEV affiche une croissance continue, avec un résultat EEV cumulé de 758 millions entre 2006 et 2009, alors que beaucoup de nos concurrents ont perdu de la valeur sous l'effet de la crise, notamment en 2008 ». L'analyse EEV met en évidence le fait que les normes comptables IFRS, obligatoires pour les sociétés cotées en Europe mais mal adaptées à l'assurance, sous-estiment la valeur de Scor Global Life. Constitué de profits futurs assurés, mais qui ne seront reconnus dans le résultat qu'à l'échéance des contrats, cet écart a presque doublé en 2009, à 428 millions, sous l'effet de la hausse des affaires nouvelles. B. J.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :