Yahoo offensif sur la recherche Internet

 |   |  543  mots
Pour Carol Bartz, 2009 a été « une année folle ». Arrivée à la tête de Yahoo il y a seize mois, la PDG, bientôt 62 ans, a dû à la fois gérer la crise économique, négocier un accord avec Microsoft et tenter de trouver un nouvel avenir au portail Internet. Le plus gros chantier de l'année 2010 sera la mise en place du partenariat annoncé avec l'éditeur de logiciels l'été dernier. « L'activité [moteur de] recherche est toujours très importante pour nous », a-t-elle déclaré mercredi à Londres. De fait, même si Google, dont la part de marché dans la recherche varie de 65 % environ aux États-Unis à 90 % dans certains pays d'Europe, s'accapare l'essentiel des liens sponsorisés, ces liens commerciaux vendus aux annonceurs en fonction des requêtes restent essentiels pour ses concurrents, Yahoo et Microsoft. Ce type de publicité représente la moitié du chiffre d'affaires publicitaire de Yahoo, l'autre moitié étant issue des bannières de publicité classique. Et au premier trimestre, Yahoo a subi une baisse de 14 % des revenus des liens commerciaux par rapport au premier trimestre 2009. « Le partenariat avec Microsoft sera effectif avant l'été aux États-Unis et en Europe au premier semestre 2011 », a-t-elle déclaré. google épargnéDe ce côté de l'Atlantique, les premiers pays concernés seront le Royaume-Uni et la France. Suivront l'Espagne, l'Allemagne et l'Italie. D'après les termes de cet accord, la technologie de recherche de Microsoft, Bing, remplacera le moteur actuel de Yahoo. Ce dernier commercialisera pour les deux portails Internet les liens sponsorisés. Des groupes de travail composés de salariés des deux entreprises sont actuellement à l'ouvrage. Concrètement, Yahoo commercialise depuis le départ pour le compte des deux groupes les liens sponsorisés en Allemagne, en Italie et en Espagne. Restera à migrer la plate-forme technique. Il n'y a qu'en France et au Royaume-Uni où Microsoft a des équipes commerciales dédiées. Mais, même si les deux groupes unissent leurs forces pour convaincre les annonceurs, ils restent concurrents vis-à-vis de l'utilisateur. Ainsi, Yahoo a vu ses positions dans la recherche fortement attaquées par l'offensive de Microsoft avec son moteur Bing. Tandis que Google, pourtant la première cible des deux assaillants, a été complètement épargné. intérêt pour des acquisitionsAprès avoir connu un certain déclin, le moteur Yahoo s'est stabilisé au premier trimestre. « Nous allons regagner des parts de march頻, a affirmé Carol Bartz. Une campagne de communication de plusieurs centaines de millions de dollars sera dédiée à la relance de la marque. En marge de ce chantier, Carol Bartz tente de redorer l'image du portail. « Yahoo est un grand média, numéro un dans le sport, la finance et l'information. Nous sommes toujours le premier service de mail, avec 600 milliards de mails par mois. Notre objectif est de réunir au sein de Yahoo tous les outils dont l'internaute a besoin, la télé, l'info, Facebook, a-t-elle expliqué. Nous restons aussi très intéressés par des acquisitions. » Yahoo rachètera-t-il Foursquare, le guide touristique pour iPhone (lire « La Tribune » du 22 avril...) ? « L'information locale est un domaine très important », a expliqué la PDG, qui lorgne aussi vers des outils interactifs ou des contenus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :