Le cinéma porté par le numérique

 |   |  275  mots
Le week-end de Noël a été le meilleur de l'histoire d'Hollywood, en termes de recettes, aux États-Unis et au Canada : 278 millions de dollars, dont plus du quart pour l'« Avatar » en relief de James Cameron. L'observation selon laquelle les crises économiques sont propices à la fréquentation du cinéma, loisir abordable, se vérifie à nouveau en 2009. Le box-office américain a déjà franchi cette année le record des 10 milliards de dollars de recettes. Le prix plus élevé des tickets des films en relief n'en est pas la seule raison. La fréquentation, aussi, sera en hausse de 4,5 % avec 1,4 milliard de billets vendus, selon l'institut Hollywood.com.En France aussi, les salles ont connu une affluence en hausse de 4 % sur les onze premiers mois de l'année. Depuis, « Avatar » a déjà attiré 4,56 millions de spectateurs et « Arthur et la vengeance de Maltazard » plus de 3 millions. Le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) pronostique près de 200 millions d'entrées, chiffre en hausse de 5 % par rapport à 2008, déjà marqué par un bond de 7 % grâce au succès de « Bienvenue chez les Ch'tis ». Un tel niveau n'avait pas été atteint depuis 1982. Mais les petites et moyennes salles, notamment en milieu rural, ont connu un recul de la fréquentation, notait Véronique Cayla, DG du CNC, dans une interview à l'AFP le 18 décembre. Et l'écart risque de se creuser avec le passage au numérique, si les petits exploitants ne peuvent financer l'adaptation de leurs salles. Ils ne pourront en effet projeter les films d'animation en relief, comme « Là-haut », « Avatar » et « Arthur », qui remplissent les salles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :