Flash infos

 |   |  270  mots
Le géant français de la pharmacie passe la vitesse supérieure pour s'emparer de la biotech amé- ricaine Genzyme, qu'il tente d'acheter « amicalement » pour 14 milliards d'euros (18,5 milliards de dollars) depuis un mois. Sanofi-Aventis est sorti dimanche soir de son silence et a rendu publique sa proposition « afin de s'adresser directement aux actionnaires » de ce spécialiste des traitements biotechnologiques contre des affections génétiques rares comme la maladie de Gaucher ou celle de Fabry. « Ce n'est pas une OPA, c'est une nouvelle tentative pour établir le dialogue. Nous voulons réaffirmer au conseil d'administration et au PDG de Genzyme que nous sommes prêts à réfléchir à d'autres options », explique à « La Tribune » le directeur général de Sanofi, Christopher Viehbacher. Le PDG de Genzyme refuse fermement ses avances depuis fin juillet. Il s'évertue, sous la pression notamment de ses remuants actionnaires Ralph Whitworth et Carl Icahn, à faire monter le prix. En vain pour l'instant. Présence mondialeL'offre que Sanofi a officialisée hier reste au même niveau, à 69 dollars par action. Selon Bloomberg, le conseil d'administration de Sanofi aurait fixé une limite à 70 dollars. Tandis que les actionnaires de Genzyme réclament 80 dollars par voie de presse. « À 20 fois les bénéfices 2011, c'est un très bon prix », plaide Christopher Viehbacher. « Au-delà de ses récents problèmes de production, Genzyme a sous-performé ces dernières années en se lançant dans une diversification sans la masse critique nécessaire. Notre présence mondiale et notre puissance financière nous permettraient de faire mieux que de la remettre sur ses rails. » M.-C. L.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :