Storific accélère les commandes au restaurant

 |   |  348  mots
Vous êtes-vous déjà privé de dessert ou de vin pour avoir trop attendu un serveur au restaurant ? Michael Cohen, un ancien de Netvibes, a cherché à répondre à cette problématique avec sa jeune société Storific. La start-up parisienne a développé une application pour iPhone permettant de commander au restaurant directement depuis son smartphone. En test depuis décembre, elle est opérationnelle pour le grand public depuis le mercredi 30 mars. Pour entrer sa commande, le client a juste besoin d'un code, temporaire, fourni par l'établissement, lequel est prévenu par une alerte visuelle et sonore, depuis une interface Web. Une version compatible Android et BlackBerry doit sortir en mai. Le restaurateur gagne en efficacité, augmente ses ventes et le client est plus satisfait. La solution Storific s'adresse au petit resto du coin comme au grand hôtel et ne nécessite pas une intégration compliquée du système informatique, mais uniquement un ordinateur connecté à Internet. Le modèle économique est fondé sur l'abonnement mensuel, de 39 euros à 100 euros en fonction de la taille du lieu et du nombre de commandes générées, avec une offre spécifique pour les chaînes d'établissements qui peuvent intégrer la solution à leur propre application. Storific est d'ailleurs en discussion avec une grande chaîne d'hôtellerie internationale. Le principe de la commande peut être étendu au room- service par exemple et la start-up envisage aussi de proposer le paiement directement dans son application, ce qui pourrait devenir à terme sa plus importante source de revenus. Storific n'a pas de concurrent direct sur son créneau, que, par exemple, ni Foursquare, le réseau social qui incite à s'enregistrer à chaque lieu visité, ni OpenTable, le site de réservation de table en ligne, n'ont investi pour l'heure. La start-up de quatre personnes commence juste à faire rentrer du chiffre d'affaires et pense être rentable très rapidement. Elle vient de lever 150.000 euros auprès de Kima Ventures (le fonds de Jérémie Berrebi et de Xavier Niel) et va ainsi pouvoir recruter des commerciaux. Delphine Cuny

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :