Les places africaines, discrètes mais en tête

 |   |  302  mots
Grande absente pendant des années des écrans radars des investisseurs internationaux, l'Afrique serait-elle en passe de prendre sa revanche ? Peu à peu, le continent creuse son sillon. Il compte aujourd'hui seize Bourses locales, contre seulement cinq en 1989. « Sa capitalisation boursière a presque doublé entre 2002 et 2007 pour atteindre 153 % du PIB, avant de revenir à 83 % en 2008 », selon une étude du FMI.faible corrélation En effet, depuis 2002, l'indice Composite africain n'a cessé de caracoler devant les autres indices, développés et émergents, y compris pendant la crise. D'ailleurs, pas moins de trois Bourses africaines figurent dans le peloton des dix performances mondiales cette année : celles du Ghana (+ 49,5 %), du Nigéria (+ 45 %) et du Kenya (+ 42,7 %). « Les marchés africains bénéficient d'une faible corrélation avec les grands marchés mondiaux, ce qui les préserve des chocs exogènes », explique un gérant de Nordea. « L'impact de la récente crise a été relativement limité pour la région, l'activité des banques africaines étant centrée sur leur marché domestique. En outre, les actions de sociétés africaines sont encore faiblement valorisées. » Revers de la médaille : l'Afrique du Sud représente encore 60 % de la capitalisation boursière du continent. Pour le reste, Nigéria mis à part, la liquidité reste faible. « Et la capitalisation moyenne, qui avoisine 20 % du PIB en 2008, est inférieure à la majorité des marchés émergents », précise le FMI. Il y a aussi peu de valeurs cotées. Sur le marché d'Abidjan, par exemple, le titre Sonatel est le seul réellement régulièrement suivi. Bref, l'Afrique boursière a besoin de faire aboutir certains projets si elle veut gagner en profondeur. A commencer par l'un des plus médiatiques, le rapprochement entre les Bourses de Douala, au Cameroun, et de Libreville (Gabon). M. B.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :