Les fonds monétaires américains font leur grand retour dans la zone euro

« La sortie de crise de la zone euro est tout près », affirmait François Hollande le 17 octobre, dans un entretien à plusieurs journaux européens, dont Le Monde. L\'assurance du chef de l\'Etat avait donné lieu à controverse, nombre d\'observateurs des milieux économiques doutant d\'une fin si proche de la crise du Vieux Continent. Et pourtant, François Hollande n\'a peut-être pas tort... En témoigne le grand retour des fonds monétaires américains sur les actifs de la zone euro. Considérés aux Etats-Unis comme le type même de l\'investissement sécurisé, les dix plus grands fonds monétaires américains - qui gèrent au total 646 milliards de dollars d\'actifs - ont augmenté leur exposition aux banques de la zone euro en septembre, pour le troisième mois d\'affilée, selon les dernières statistiques de l\'agence de notation financière Fitch.Un bond de 44% de l\'exposition aux banques françaisesFin septembre, les titres des banques de la zone euro représentaient 10,6% du total des actifs des fonds monétaires américains, soit une hausse de 16% par rapport à la fin août. Mieux, l\'exposition des fonds monétaires américains aux banques françaises a bondi de 44% au cours de la même période, pour représenter 3,9% de leurs actifs. Certes, le niveau de 10,6% demeure inférieur de 70% à celui de mai 2011, deux mois avant l\'aggravation de la crise grecque, qui avait fait prendre la poudre d\'escampette aux fonds monétaires américains, ces derniers redoutant ses conséquences sur la santé des banques européennes. Lesquelles avaient, du coup, subi une crise de liquidités sans précédent.Un sentiment plus positif à l\'égard de la zone euroIl n\'en reste pas moins qu\'il s\'agit là d\'un véritable retournement de tendance. Pour mémoire, l\'exposition des fonds monétaires américains aux banques du Vieux Continent était tombée à 8% de l\'ensemble de leurs actifs en juin, son plus bas niveau depuis 2006, date à laquelle Fitch avait débuté son suivi. L\'agence voit dans cette inflexion le signe « d\'un sentiment plus positif des investisseurs à l\'égard des banques de la zone euro. » Et ce, grâce à la Banque centrale européenne (BCE) qui, le 10 septembre, s\'était dite déterminée à racheter de façon illimitée la dette des Etats en difficulté. De plus, pour Fitch, si l\'exposition des fonds monétaires américains aux banques de la zone euro est encore faible, c\'est moins parce que ces derniers font encore montre d\'une certaine prudence que parce que les banques européennes ont appris à se passer d\'eux, en recourant à des sources de financement plus stables.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.