Un peu de "subprime" de poulet ?

 |   |  430  mots
Par François Lenglet, rédacteur en chef à La Tribune.

Bien sûr, on ne peut que se réjouir d'un retour à meilleure fortune de la part d'une banque. En ces temps de crise financière, toute bonne nouvelle pour la finance en est une pour l'économie dite réelle. La banque d'investissement américaine Goldman Sachs a annoncé hier des profits de 1,8 milliard de dollars pour le seul premier trimestre de l'année. Un chiffre qui prélude à d'autres résultats de la même eau, qui seront publiés dans les prochains jours par les cons?urs de Goldman, dont la situation s'est rétablie de façon spectaculaire durant les premiers mois de 2009.

Les banquiers de Wall Street, ragaillardis, vont donc épousseter leurs costumes à rayures et réinvestir la salle à manger du Ritz-Carlton. Au menu, "subprime" de poulet et autres joyeusetés culinaires propres à faire oublier la longue période de jeûne due aux centaines de milliards de pertes accumulées par la finance américaine en 2008. Goldman Sachs en a profité pour annoncer qu'elle allait rembourser par anticipation le Trésor américain de l'aide fédérale d'urgence, accordée au plus fort de la crise.

Si les cadors de Wall Street s'empressent de régler leurs dettes, ce n'est pas pour soulager le budget de l'Etat et ses quelque 12% de PIB de déficit prévus en 2009. Ce n'est pas davantage par esprit civique. Ils veulent quitter ainsi la tutelle fédérale, qui leur impose modération salariale et pénitence sur les notes de frais. Pas plus de 500.000 dollars par an de rémunération, et le train plutôt que le jet privé - quand on connaît les chemins de fer américains et leurs horaires fantaisistes, cette punition vaut largement la limitation des salaires.

En bref, la firme veut avoir la paix pour rémunérer ses dirigeants comme elle l'entend, et remettre en marche la machine à faire des bêtises au plus vite. Jamais le proverbe français "qui paye ses dettes s'enrichit", n'a trouvé meilleure illustration qu'ici. Ce pied de nez au gouvernement américain, à l'opinion publique et aux chefs d'Etat du G20 - n'avaient-ils pas ambitionné de moraliser les salaires de la finance ? - change complètement les termes de la "refonte du capitalisme mondial", pour reprendre les termes du président Sarkozy.

Réformer une finance malade, c'est long et coûteux, mais au moins les gouvernements peuvent-ils compter sur un rapport de force favorable. Dompter des banques à nouveau prospères, ce sera bien plus difficile, parce que moins nécessaire en apparence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cet article oublie de mentionner que certains bons resultats ce trimestre seront en partie expliques par l'assouplissement des regles comptables (notamment sur l'ajustement a leur valeur de marche des actifs au bilan mis en sommeil) decide... par les dirigeants du G20 au sommet de Londres... Malgre cela certaines banques resteront plus touchees que d'autres par la recession actuelle (GS reste la "Rolls" de l'industrie banncaire) et publieront logiquement des resultats tres legerement positifs ou encore dans le rouge - sans compter qu'un seul trimestre ne serait etre representatif de l'annee en cours. Il aurait aussi fallu mentionner que dans l'univers ultra-competitif de la banque d'investissement pour survivre il faut etre capable d'attirer les meilleurs, et un banquier d'affaire ne travaillera jamais au tarif d'un fonctionnaire federal americain, de la meme facon qu'un ingenieur d'Airbus ou de Peugeot ne travaille pas gratuitement... Meme si je comprends bien que les differences de salaires entre un ingenieur industriel et un ingenieur financier peuvent choquer, de grace il est plus que temps d'arreter la demagogie et de comparer toute la profession a des enfants irresponsables.

a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ces bons résultats sont essentiellement dus au TRADING. La banque d' investissement et la gestion d' actifs sont en baisse sensible quant à elles.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Article de F Lenglet tout a fait lucide. En revanche, pas d'accord avec Cyril sur la difference de remu entre ingenieurs industriel et financier et la phrase "attirer les meilleurs". La finance n'est pas plus complexe que l'industrie et les meilleurs financiers n'ont pas forcément fait une ecole d'ingenieur. En revanche , l'ingenierisation de la finance a montré ses limites dans cette crise.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
à Cyril : Imaginer qu'un analyste ou ingénieur bancaire mérite un traitement supérieur à tout autre analyste ou ingénieur sous le seul prétexte que le secteur pour lequel il fournit son analyse est celui de la finance me parait être justement la cause profonde des dérives du secteur bancaire. Financiariser à outrance nie la valeur intrinsèque des choses.Au dela d'une certaine limite (500k$ par exemple), laisser croire à des individus que leur valeur (intrinsèque) s'exprime en un nombre $$, c'est nier l'homme tout simplement.De plus, Détourner l'argent de ceux qui produisent (entreprises communes) au profit de ceux qui le gèrent c'est créer de nouveau et à coup sur les conditions de la débacle actuelle.La banque est une affaire trop sérieuse pour la laisser aux mains d'intérêts privés ayant pour seule vue des profits à court terme.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Remarque pour Cyril : le problème ce n'est pas que les rémunérations sont démentes pour une poignée mais cela se vérifie pour tous les salariés de ces banques d'affaire y compris les secrétaires. Il n'en a pas toujours été ainsi et cela fait une vingtaine d'années à peu prés que l'écart s'est creusé entre le monde de la finance et les autres activités économiques.
La finance telle qu'elle fonctionne aujourd'hui et souhaite continuer à le faire est comparable à un énorme parasite, à l'image de certains virus causant des cancers, qui ronge toute la société.
Seule son éradication ou à tout le moins son extrême cantonnement permettra d'éviter une catastrophe généralisée.
Un conseil de lecture, le livre paru hier "Confessions d'un banquier pourri", description édifiante de cette "upper class" qui s'est arrogée le droit, avec l'appui des politiques, de déterminer l'avenir des "Untermenschen" que nous sommes d'après eux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :